Bruxelles

Elle ne pourra plus profiter du subside régional qu'elle recevait depuis 15 ans.

Nous vous l’annoncions le 10 juillet dernier : douze observatoires communaux vont être soutenus par la Région dans leur lutte contre les logements inoccupés. Pour ce faire, la ministre du Logement Céline Fremault (CDH) annonçait que les communes sélectionnées sur base d’un appel à projets allaient pouvoir se partager 277.500 €, avec un maximum de 25.000 € par commune.

Comme chaque année depuis que cet appel à projets existe (deux ans), Molenbeek y a participé. Seulement, cette année, ils n’ont pas été repris. Pourtant, cela faisait 15 ans que la commune était subsidiée par la Région pour lutter contre les logements vides, et cela portait ses fruits. Pour rappel, Molenbeek a été la première commune de la Région à dépasser le simple cadre de l’observation en entamant une action en cessation contre les propriétaires de logements vides. Une première action avait été réussie en 2017 et une deuxième a été lancée en 2018.

Le 10 juillet dernier , c’est donc par voie de presse que la commune a pris connaissance de sa non-sélection, et ce fut la douche froide. "Nous n’avons reçu aucune notification officielle, nous avons envoyé un mail quelques jours plus tard afin d’avoir des explications, mais nous n’avons toujours pas eu de réponse", déplore Karim Majoros (Ecolo), échevin du Logement.

Pourtant, le projet de la commune se voulait plus que complet et allait plus loin que les autres années. Il proposait de "mettre fin à l’inoccupation par l’introduction d’actions en cessation devant le tribunal de première instance". Et pour l’échevin, c’est peut-être bien là que le bât blesse : ils ont voulu aller trop loin. "Notre projet consistait à aller un pas plus loin que le simple constat en agissant concrètement dans la remise en location des logements inoccupés grâce au recours à des actions en cessation." Et c’est une démarche dissuasive qui a déjà porté ses fruits puisque lorsque le premier propriétaire a été jugé, des dizaines d’autres propriétaires se sont manifestés auprès de la cellule Logement afin de se mettre en ordre. Karim Majoros se demande donc si "la Région ne veut pas tout simplement envoyer un signal contre des mesures coercitives à l’égard des propriétaires qui refusent de mettre leurs biens en état".

Alors que la ministre annonçait il y a quelques semaines que "la remise sur le marché des logements inoccupés est aujourd’hui plus que jamais un enjeu et les communes sont les mieux placées pour jouer un rôle actif dans cette priorité", l’échevin s’étonne de ne pas pouvoir bénéficier des aides offertes par la Région alors que leur collaboration est constructive depuis de nombreuses années et que Molenbeek est un exemple pour d’autres communes bruxelloises en termes de lutte contre les logements inoccupés. Tout ce que l’échevin espère à présent c’est que la Région revienne sur sa décision ou qu’un autre subside puisse lui être accordé.

Contacté par nos soins, le cabinet de la ministre n’a malheureusement pas pu répondre à nos questions non plus.