Bruxelles L’opposition s’insurge que la commune n’ait pas mandaté d’agents de l’ABP pour réprimander en cas de comportement incivique.

Actuellement, onze communes bruxelloises ont assermenté des agents de l’agence Bruxelles Propreté (ABP) qui sont dès lors compétents pour sanctionner les comportements inciviques comme, par exemple, les dépôts clandestins ou les sacs-poubelle sortis en dehors des heures et lieux autorisés.

Mais dans la liste des communes, on ne retrouve pas Molenbeek, au grand désarroi du conseiller communal d’opposition Jef Van Damme (SPA). "Les agents régionaux peuvent se substituer aux agents communaux pour réprimander les personnes en infraction, et je trouve absurde que la commune de Molenbeek n’ait pas donné suite à la proposition de l’agence Bruxelles Propreté, d’autant qu’on y trouve de nombreux dépôts clandestins et autres comportements inciviques", s’étonne Jef Van Damme.

Ainsi, les communes qui ont répondu positivement à la proposition de l’ABP sont Ixelles, Forest, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Pierre, Ganshoren, Auderghem, Uccle, Saint-Josse, Saint-Gilles, Etterbeek et Anderlecht. "Nous avons envoyé un courrier aux 19 communes pour leur faire savoir que, conformément à la loi du 24 juin 2013 relative aux sanctions administratives communales, les communes peuvent désigner des fonctionnaires régionaux afin de constater les infractions qui peuvent faire l’objet de sanctions administratives. Nous disposons dans ce cadre d’un service de recherche et de verbalisation composé de 42 équivalents temps plein, dont 25 sur le terrain", explique Fadila Laanan (PS), secrétaire d’État en charge de la Propreté publique, qui précise que la commune de Molenbeek n’a pas donné suite à cette proposition.

Les agents assermentés doivent en effet officiellement être désignés lors du conseil communal, ce qui n’a pas été fait à Molenbeek. Par ailleurs, les zones de police sont également compétentes pour infliger des sanctions. "La coopération avec les zones de police est variée. La surveillance nocturne des zones à problèmes est organisée, des contrôles routiers sont mis en place et parfois, la police intercepte un véhicule avec une charge susceptible d’intéresser l’ABP, et les zones de police peuvent également rédiger des procès-verbaux qui sont ensuite traités par l’ABP dans le cadre d’une amende administrative", ajoute Fadila Laanan.

Ces opérations souffrent de l’état d’alerte encore en vigueur, mais avec Bruxelles Ouest (Molenbeek, Berchem, Koekelberg, Ganshoren, Jette), au moins deux opérations par mois sont organisées, entraînant la saisie de 30 à 50 mètres cubes de déchets.