Bruxelles

Le nouveau nom de l'ancienne ASBL LES marque un changement en cours depuis plusieurs mois.

Une révolution lente a été entamée il y a déjà quelques mois à Molenbeek au sein de l’ASBL paracommunal de Lutte contre l’exclusion sociale (LES). Un processus pour réformer et repenser en profondeur l’ASBL qui a souvent fait l’objet de critiques et qui a fait beaucoup parler d’elle est en cours. Récemment, son nom a même été changé en Move pour Molenbeek Vivre Ensemble, l’ancien nom étant vu comme trop stigmatisant.

L’ASBL est née au début des années nonante et à l’époque le conseil d’administration était exclusivement composé du collège communal. Il faudra attendre 2012 pour que celui-ci soit ouvert à l’opposition. Aujourd’hui, la commune va même encore plus loin puisqu’il a été décidé que le conseil d’administration sera ouvert à la société civile.

"Nous avons envie de dépolitiser le fonctionnement de l’association. La LES a toujours été un objet politique mais nous voulons maintenant rassembler un maximum de personnes qui font partie du secteur", explique Sarah Turine (Ecolo), actuelle présidente de la LES via son statut d’échevine de la Cohésion sociale.

Un long travail avec les animateurs a été fait depuis de nombreux mois afin de définir une charte et mettre par écrit la vision, les missions et les valeurs de cette ASBL qui revient peu à peu dans les mains des travailleurs sociaux. L’objectif était de rendre l’ASBL plus collective, en faisant en sorte que les différents acteurs se rassemblent.

Le but de cette révolution douce ? Sortir de l’approche trop protectrice de "grands frères" qui ferait passer le temps aux plus jeunes. "Nous voulons travailler sur l’émancipation des jeunes. Pour cela, il faut outiller et former les animateurs et créer des liens entre les services", souligne l’échevine.

De nombreuses activités constructives sont également organisées pour les femmes mais de manière plus encadrée qu’auparavant afin de créer une dynamique positive. Au-delà du nom, c’est aussi l’organisation des maisons de quartier qui a été revue. Celles-ci seront encore plus nombreuses à l’avenir et ont pour objectif de mélanger les différents publics des quartiers. "Nous avons aussi mis en place des choses pour faire revenir les grands jeunes dans ces maisons dans lesquelles ils ne trouvaient plus leur place." L’ASBL met également un point d’honneur à faire confiance aux jeunes et leur donner les clés de pouvoir réaliser des projets par eux-mêmes.