Bruxelles Selon le conseiller communal et député bruxellois Emmanuel De Bock (Défi), le toit de Bruxelles se trouve en réalité en Forêt de Soignes.


Pour une très grande majorité de Bruxellois, le point culminant de la capitale se situe à l’Altitude Cent, où se trouve l’église Saint-Augustin, dans la commune de Forest.

Une idée reçue entretenue depuis des décennies, aujourd’hui remise en question par le conseiller communal ucclois et député bruxellois Emmanuel De Bock (Défi). Selon lui, et d’après des recherches topologiques, le point culminant se trouve en réalité en Forêt de Soignes, au niveau de la Drève des Deux Montagnes.

"On pense que l’Altitude Cent constitue le point le plus élevé de la capitale mais c’est faux ! Il se trouve en réalité en Forêt de Soignes, à proximité de la Drève de Lorraine sur le côté gauche de la route quand on va du bois de la Cambre vers Rhode-Saint-Genèse. On se situe, à cet endroit, à 148 mètres de hauteur", explique Emmanuel De Bock.

Il propose dès lors de reconnaître le lieu-dit de la Forêt de Soignes comme étant le toit de Bruxelles, en améliorant la visibilité de cet endroit.

"Il faudrait que nos experts en topographie se penchent sur la question et tranchent de l’exactitude de l’endroit. Afin, d’une part, de le mettre en valeur et d’autre part de faire des itinéraires cyclistes et promenades sécurisées qui puissent y mener. Cela impose par exemple de vrais passages piétons sécurisés qui traversent la Drève de Lorraine et non de simples traverses de chevaux. On pourrait également y faire partir des marches rayonnantes de 5, 10, 15, 20 km à travers Bruxelles et la Forêt de Soignes avec un système de cachets à tamponner dans un carnet et qui permettraient d’avoir des médailles de bronze, d’argent, et d’or pour les marcheurs qui partiraient à la découverte de ce patrimoine de la Forêt de Soignes, avec par exemple le lieu-dit des Dolmen ou autres beautés naturelles", poursuit le député, qui propose également d’y construire un belvédère, ou autre projet intégré à l’environnement, sans dénaturer ce poumon vert de la capitale.

Cette mise en valeur profiterait, selon lui, à la commune d’Uccle mais aussi à la Région bruxelloise. "Aujourd’hui, on ne met pas assez ce patrimoine régional en valeur. Et Uccle est une commune qui est sans doute la plus liée à la Forêt de Soignes puisqu’un tiers de son territoire, c’est celle-ci… de quoi lui donner une nouvelle identité : commune la plus verte de Bruxelles et aussi la plus haute, commune de balades", conclut-il.