Bruxelles La cour a formulé une déclaration d’abstention sur le compte général 2017. Parking.brussels donne des explications.

De manière générale, la cour des comptes n’a pas été tendre avec les résultats 2017 des organismes régionaux. En effet, elle a émis des réserves ou s’est abstenue pour de nombreuses structures et c’est le cas notamment de parking.brussels, l’agence régionale pour le stationnement.

La cour des comptes a formulé une déclaration d’abstention sur le compte général 2017 de parking.brussels. Celle-ci est émise "lorsque les données fournies sont insuffisantes et qu’il devient impossible d’émettre un avis sur l’image fidèle des comptes annuel", explique la cour qui a justifié son choix par trois motifs. Premièrement, des écarts ont été constatés entre les données qui figurent dans les comptes de l’agence et le relevé des contrôleurs des engagements (les budgets engagés lors d’un marché public, par exemple).

Deuxièmement, les logiciels de gestion des cartes de stationnement et des redevances forfaitaires ne permettent pas d’effectuer une réconciliation complète avec les données de la comptabilité.

Et finalement, les communes qui exercent directement les missions de contrôle et de perception des redevances de stationnement n’ont pas toutes transmis leurs relevés annuels des coûts et recettes. Un manque qui dépasse l’autorité propre de parking.brussels.

L’agence régionale explique notamment les divergences décrites par la croissance exponentielle qu’elle a connue ces dernières années. "Depuis 2014, nous sommes passés de 0 à sept communes et de deux à 180 employés. Nous avons dû mettre en place de nombreuses choses et donc la croissance a fait qu’il y a eu des manquements", explique Pierre Vassart, le porte-parole de parking.brussels.

Cependant, depuis le rapport de la cour des comptes, de nombreuses actions concrètes ont été menées par l’agence régionale afin de se mettre en ordre. "La principale mesure a été le basculement de la comptabilité dans la plateforme régionale de comptabilité analytique. Elle contrôle chaque étape d’une dépense et représente un contrôle très solide", explique le porte-parole. En outre, un deuxième système de contrôle a été mis en place pour tout l’argent qui rentre dans les comptes de l’agence, via les horodateurs par exemple.

De plus, Pierre Vassart explique notamment que le service financier a été réorganisé et renforcé, que la cheffe comptable a été remplacée, qu’une analyse systématique de tous les marchés publics a été mise en place et que le personnel administratif est formé aux procédures comptables internes afin que chacun soit responsabilisé par rapport à ses propres budgets.