Bruxelles La distribution de trousses aux couleurs du PS à 1.300 élèves bruxellois doit-elle être décomptée comme dépense électorale ?

Ce lundi, la Ville de Bruxelles a offert un plumier en plastique de couleur rouge… PS aux élèves de première primaire dans le cadre de la rentrée scolaire. Une sorte de kit de rentrée composé d’un bic quatre couleurs, une latte, un taille-crayon, une gomme, un tube de colle et une paire de ciseaux.

Ecolo et le PTB (opposition) se sont insurgés rapidement de ce cadeau, fustigeant cette mesure prise par la Ville, en évoquant un "cadeau électoral" à un mois des élections communales. Contactée, l’échevine de l’Instruction publique Faouzia Hariche (PS) explique que ce plumier a été offert dans une volonté de "participer à la diminution des coûts des parents."

© BELGA

"Ces plumiers ont été distribués par les écoles le jour de la rentrée à quelque 1.300 élèves. Sur le plumier figure le logo de la Ville de Bruxelles mais aucunement mon nom ni ma fonction. Le coût est de 11.000 €, prévu dans le budget global de l’Instruction publique", explique l’élue socialiste.

Tant le PTB qu’Ecolo se sont étonné que la Ville décide d’offrir ce cadeau en pleine année électorale, alors que rien n’a été fait durant les années précédentes. Une affirmation battue en brèche par Faouzia Hariche. "C’est faux, car l’année passée nous avons offert un livre de Jeanne Ashbé aux parents des enfants des crèches, et il y a quelques années, ce sont des tablettes qui ont été mises à disposition des élèves de l’Athénée Léon Lepage, et nous n’avons reçu aucune réaction négative à l’époque…", poursuit l’échevine.

Contacté, le politologue Pierre Vercauteren estime que ce genre de faveur peut faire l’objet d’une enquête de la part de l’autorité compétente ou d’un organisme indépendant, "car la loi sur les dépenses électorales prévoit que toute forme de cadeau, d’une manière ou d’une autre, doit rentrer dans la comptabilité."

© BORTELS CHRISTOPHE

"Il reviendra à l’autorité compétente de juger si la distribution de ces plumiers constitue, ou non, un événement de campagne électorale. De manière plus globale, nous sommes dans une période extrêmement sensible où les candidats vont se surveiller et sans cesse scruter les éventuelles faveurs octroyées à la population. La polémique est, dans ce cas-ci, inévitable. Certains candidats peuvent faire preuve de beaucoup de créativité pour contourner les règles et, même si le budget octroyé concernant ces plumiers est inscrit au budget de l’Instruction publique, ce genre de dépense devra, selon moi, être vérifiée par une autorité compétente à l’issue des élections communales du 14 octobre", conclut Pierre Vercauteren.

A. F.