Bruxelles Les effectifs de l'Inspection du Logement ont été augmentés.

La lutte contre les marchands de sommeil est une problématique qui touche de nombreuses communes de la Région bruxelloise. Bernard Clerfayt (Défi), bourgmestre de Schaerbeek et député bruxellois, n'est pas en reste en ce qui concerne sa commune. Pour lui, le nombre de marchands de sommeil prend des "proportions inquiétantes".

"Des centaines voire des milliers de logements insalubres sont mis en location par des propriétaires auprès de personnes en situation de précarité", explique-t-il. Il y a quelques mois, à Molenbeek, deux marchands de sommeil avaient été arrêtés. Mais Anderlecht, Schaerbeek et la ville de Bruxelles font également face à ce genre de problématique.

La ministre du Logement, Céline Fremault (CDH), souligne que la problématique de l’insalubrité des logements doit être distinguée de celle des marchands de sommeil. En effet, les marchands de sommeil mettent à disposition un bien dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine mais dépassent la seule compétence du logement et doivent être combattus dans un cadre pénal, sous le contrôle de l’autorité judiciaire.

Cependant, la question de l'insalubrité des logements peut être un angle d'attaque à l'égard des marchands de sommeil, au travers des compétences de la DIRL (Direction de l'Inspection Régionale du Logement) qui peuvent intervenir pour constater l'état des logements et les enlever de la location, si nécessaire. Le Parquet interroge ainsi la DIRL pour savoir si un bailleur est connu de ses services et recevoir les informations le concernant.

Ainsi, en 2017, la Direction de l'Inspection du Logement a effectué 929 visites et notifié 267 mises en demeure d'effectuer des travaux. En tout, elle a prononcé 119 interdictions immédiates de location, 111 interdictions après expiration du délai de mise en demeure et 36 en raison d'un refus du bailleur de donner accès aux lieux. Cela représente donc 266 interdiction de location en 2017, soit plus de 5 par semaine.

Afin de mener au mieux ces opérations, l'effectif de la DIRL qui s'élevait à 21 personnes en 2015 s'est vu augmenté et ils seront 33 agents dès le 1er juillet prochain et quatre postes d’inspecteurs supplémentaires sont prévus pour cette année encore.