Bruxelles Elia a commencé à construire une ligne haute tension, mais les riverains craignent l’impact que cela aurait sur leur santé.

Dans les années à venir, Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension, va refaire progressivement une grande partie du réseau haute tension de la Région bruxelloise. En 2015, Elia a donc commencé à construire une ligne à très haute tension (150.000 volts) entre les communes de Woluwe-Saint-Lambert et Schaerbeek. Les travaux devaient se finir pour l’année passée, mais les riverains, inquiets du rayonnement électromagnétique des nouvelles lignes, en ont décidé autrement.

"Le problème est que nous habitons sur le tracé du câble et celui-ci va passer par des rues étroites", explique Michel Lefébure, membre du comité de quartier Pelletier. "Cela aura un impact sur la santé des riverains. Les études ont en effet mis en lumière un doublement des cas de maladies d’Alzheimer à proximité des câbles haute tension, ainsi qu’une augmentation des leucémies chez les enfants. Rue Rasson, par exemple, les câbles seraient placés à seulement 2 mètres des habitations par endroits !"

Selon les plaignants, il est possible de réaliser cette jonction par une ligne enterrée au milieu des grands boulevards, de manière à ce que le champ magnétique généré par le passage du courant soit assez affaibli à l’intérieur des immeubles riverains. "C’est un scandale sanitaire car en ville les lignes haute tension ne sont pas déployées avec un minimum de protection. C’est pourtant un minimum pour la santé de ceux qui seront impactés : riverains, passants, femmes enceintes, bébés, enfants et personnes âgées", ajoute Michel Lefébure.

Mais de son côté, Elia a bien l’intention de reprendre le chantier et a demandé à Schaerbeek de prendre une décision pour le 21 mai. Elia a trouvé deux tracés alternatifs empruntant des voiries plus larges et propose deux choix à la commune : continuer sur le tracé initial, ou prendre un autre itinéraire… Mais Schaerbeek devra alors assumer l’entière responsabilité du tronçon concerné, avec un prix à payer de 500.00 €.

Nous avons tenté de contacter la commune de Schaerbeek pour une réaction, en vain.

Plus de pouvoir pour les communes

Le 4 mai dernier, le gouvernement a chargé la ministre de l’Énergie Céline Fremault (CDH) de mettre en œuvre un Protocole obligatoire qui fixe une série d’obligations à charge du gestionnaire de transport d’électricité en matière de respect de bonnes pratiques relatives à la pose de nouveaux câbles. Ce dossier technique sera maintenu à disposition des autorités régionales et communales et sera transmis sur demande au moins 3 mois avant le début du chantier. Désormais, les autorités communales peuvent se reposer sur ce protocole pour contrôler les projets de pose de câbles, puisque ce protocole permettra aux communes de disposer de l’ensemble des informations techniques relatives à l’incidence du rayonnement électromagnétique.