Bruxelles À l’instar de Berchem, les cinq communes de la zone de police multiplient les projets de caméras de surveillance.

"On a décidé d’investir dans un système de caméras. Les modèles actuels ont été ou seront rénovés, et d’autres seront installés. Cela se fait en collaboration avec la zone de police Bruxelles-Ouest, les autres communes de la zone (NDLR : Molenbeek, Koekelberg, Jette et Ganshoren), et le CIRB (NDLR : Centre d’Informatique pour la Région bruxelloise). On avait sept caméras sur le territoire de la commune. On en a rajouté 13 autres, dont une caméra mobile", a expliqué le bourgmestre berchemois Joël Riguelle (CDH), présentant vendredi le nouveau plan de surveillance mis en place dans sa commune.

"Ces caméras répondent à différents objectifs. Il s’agit de rassurer la population, d’être prêt si jamais des événements graves survenaient, mais aussi de faire respecter les élémentaires règles de savoir-vivre. On pourra ainsi encore mieux lutter contre la criminalité et les différentes incivilités", s’est réjoui le maïeur humaniste, ajoutant que le projet avait un coût de 400.000 €, dont 20 % pris en charge par le CIRB.

"La caméra mobile permettra de lutter de manière plus efficace contre les incivilités telles que les dépôts clandestins. Si un habitant nous signale par exemple le dépôt régulier de détritus devant chez lui, il nous sera possible par exemple d’installer la caméra sur sa terrasse ou devant chez lui pour identifier les personnes impliquées", a indiqué Joël Riguelle. Un modèle d’un type nouveau qui pourra également rendre plus efficace la lutte contre le trafic de stupéfiants, a-t-il ajouté.

Si le réseau de caméras de surveillance prend toujours plus d’ampleur dans la zone de police Bruxelles-Ouest, celui-ci se distingue également par une modernité toujours plus importante. "La qualité des pixels est telle qu’il pourrait être même possible de voir les boutons sur un visage", a ainsi lâché le bourgmestre berchemois. "Si vous venez porter plainte parce que vous avez été agressé la veille sur la place Schweitzer par quelqu’un avec un pull rouge. Le système permettra de rechercher toutes les personnes portant un pull rouge et étant passés à cette heure-là sur la place", a poursuivi Johan De Becker, le chef de corps de la zone Bruxelles-Ouest, installé aux côtés de l’élu CDH.

En matière de caméras de surveillance, la zone de police est sans conteste une de celles ayant développé un des réseaux les plus importants. Le nombre de caméras doit ainsi augmenter d’un tiers avant la fin de l’année, passant de 220 à l’heure actuelle à 292 d’ici le mois de décembre. Un chiffre réparti inégalement sur les cinq communes. Molenbeek (155) et Koekelberg (60) en concentrant à elles seules la grande majorité, loin devant Jette (44), Berchem (20) et Ganshoren (13).