Bruxelles Logements ? Salle de congrès ? Déménagement du White Star ? Différentes pistes sont à l’étude.

D’ici 2019, la commune d’Anderlecht sera orpheline de son stade, puisque le départ du Sporting dans le futur stade national sur le parking C du Heysel a été officialisé cette semaine. Mais qu’adviendra-t-il de l’antre des M auves et Blancs ? Le bourgmestre Eric Tomas (PS) a plusieurs pistes en tête.

"Lors du conseil communal de ce jeudi, un cahier des charges visant à trouver un consultant pour nous conseiller utilement sur les possibilités de reconversion du stade et sur la réutilisation des deux grands parkings a été approuvé à l’unanimité", a confié le maïeur qui précise que le budget de l’étude est évalué à 50.000 €.

Le socialiste a bien l’intention de donner une nouvelle vie au stade Constant Vanden Stock. "J’y verrais bien le maintien d’activités style congrès ou réunions de sociétés, avec également le maintien d’activités sportives comme un hall omnisports, une salle de tennis ou de hockey, explique Eric Tomas. Mais également une fonction logement pour rentabiliser l’opération. Pour ce faire, nous avons sollicité une discussion avec la Région car le stade est en zone d’équipement collectif et il n’est donc pas garanti qu’on puisse y faire des logements".

Autre piste envisageable : et si le White Star venait jouer au Stade Vanden Stock ? Le collège molenbeekois a décidé, début octobre, de mettre fin à la convention d’occupation qui permet au club d’occuper le stade communal Edmond Machtens. Mais pareille hypothèse est, selon Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), échevin de l’Urbanisme, quasiment impossible : "Sincèrement, cette piste me semble peu probable et peu appropriée. Un stade d’une telle capacité ne pourrait pas être réapproprié par un club d’un gabarit essentiellement local".

Le départ du Sporting est accueilli positivement par une majorité de riverains qui ne devront plus vivre au rythme des matchs. En revanche, Eric Tomas dit comprendre l’amertume des commerçants pour qui le départ du Sporting marque la fin de leur café. "Nous sommes sensibles à leurs inquiétudes et c’est pour ça qu’on veut maintenir une activité économique ou de type sportif pour permettre à ces commerces d’avoir une rentabilité suffisante".