Bruxelles De nombreux élèves de l’institut Onze Lieve Vrouw sont tombés malades à cause du froid en classe.

La journée Gros Pulls, vous connaissez ? Depuis quinze ans maintenant, celle-ci consiste à diminuer le chauffage d’au moins un degré et de se vêtir en conséquence, dans le but de réduire l’empreinte écologique des écoles. Instaurée par le gouvernement flamand, cette campagne vise à prouver à quel point il est simple d’économiser de l’énergie, et d’encourager les citoyens à surveiller leur consommation.

Seulement, à l’institut Onze Lieve Vrouw de Rhode-Saint-Genèse, on a décidé de pousser la démarche un peu plus loin : non seulement l’opération a été menée toute la semaine, mais aussi, le chauffage a été diminué de bien plus d’un degré. Dans certaines classes, des élèves expliquent que les radiateurs étaient totalement froids.

"Ma fille en est tombée malade à tel point qu’elle doit rester à la maison, je trouve ça tout simplement scandaleux", s’insurge un parent qui préfère garder l’anonymat. "Même les professeurs ne veulent plus donner cours car ils se retrouvent frigorifiés alors qu’ils portent une veste à l’intérieur."

D’après sa fille, un professeur est tombé malade, ainsi que plusieurs élèves de sa classe. Sur place, plusieurs élèves nous confirment que la semaine fut particulièrement froide à Onze Lieve Vrouw. "Au début de la semaine, le chauffage était totalement coupé dans certaines classes et il faisait vraiment froid dans l’école", explique une élève. "Je suis tombée malade : j’ai le nez bouché et j’avais de la température. Et je ne suis pas la seule, plein d’élèves de ma classe sont malades."

Plusieurs autres élèves nous ont confirmé que certaines classes étaient moins chauffées que d’autres, et que cela relevait du choix du professeur qui y enseigne. "Au total, le chauffage était coupé dans la moitié des classes et allumé dans l’autre moitié", expliquent trois garçons. "Le jour le plus froid était jeudi, mais nous étions tous prévenus qu’il fallait s’habiller chaudement. Des élèves sont effectivement tombés malades mais ils portaient des pulls plutôt légers."

Du côté de la direction , on se défend d’avoir provoqué des températures glaciales, adjectif pourtant utilisé par l’une des élèves. "Tout le monde est habillé chaudement, ils peuvent même amener une veste et nous vérifions que tout le monde ait bien chaud", explique Leen Dejonckheere la directrice adjointe d’Onze Lieve Vrouw.

Alors, manque de communication entre la direction et les professeurs ? Pour les élèves en tout cas, l’initiative est un flop, et diminuer le chauffage durant une semaine dans certaines classes par ce froid, "c’est trop long".