Bruxelles La commune propose depuis cette année le bateau à voile en activité parascolaire.

Ils ont 11 ou 12 ans, sont scolarisés en 5 e ou 6 e primaire à Saint-Gilles et font de la voile chaque mercredi après-midi… L’échevin de l’Enseignement, Alain Hutchinson (PS), à la base du projet, veut ainsi, explique-t-il, dépoussiérer la pratique du sport dans les écoles.

" J’ai engagé cette année un spécialiste des matières sportives afin de faire une sorte d’audit des cours de gym dans nos écoles. Sa mission est également de faire des propositions afin d’élargir notre gamme de sports. Le bateau à voile est une première idée déjà mise en place. D’autres sports vont faire leur entrée, probablement le rugby à XIII" , explique-t-il.

Vu le caractère spécifique de l’activité, seuls 13 enfants ont pu s’inscrire pour ce projet pilote. Au prix de 2 € par séance, les écoliers peuvent donc découvrir les plaisirs de la voile chaque mercredi après-midi au Bruxelles Royal Yacht Club.

"La première fois, je suis tombée dans l’eau", confesse Sophie, une jeune élève de 11 ans de l’école du Parvis, avant d’insister : "Mais maintenant, c’est fini car je me suis améliorée !"

À côté de Sophie , Luis, un garçon de 12 ans inscrit à l’école d’Ulenspiegel, est déjà sur son bateau, essayant tant bien que mal de se mettre au diapason voile et gouvernail.

Sans grand succès, puisque son bateau commence lentement à dériver. " J’aime bien les aventures", sourit le jeune gaillard.

Pour le jeune Nasreddin, la voile, c’était une évidence. " Je fais déjà du foot mais je n’ai pas hésité car mon cousin est marin", explique-t-il.

Il est passé 14 h et, après une brève séance théorique dispensée par Théophile, le moniteur local, les jeunes se lancent à l’assaut du canal.

Chaque petit bateau peut accueillir un ou deux marins en herbe. "Pour l’instant, je permets à ceux qui le désirent de se mettre par deux mais, à terme, chacun sera seul dans son bateau", indique Théophile, qui souligne que les enfants doivent porter un gilet de sauvetage.