Bruxelles

Le collège prendra une décision définitive demain.

Demain, le collège communal de Saint-Josse se réunira pour prendre une décision quant au sort des carrées de la rue de Linné, la rue des Plantes et la rue de la Prairie. Une décision qui irait dans le sens de la fermeture de celles-ci, d'après le bourgmestre de la commune Emir Kir (PS).

Depuis plusieurs années, la commune est engagée dans la mutation du quartier Nord de Saint-Josse. Espaces verts, rénovations urbaines, installation d'infrastructures, de logements sociaux...Autant de projets qui émanent d'une réelle volonté de transformer ce quartier. Pour rappel, la semaine passée, la commune inaugurait le nouveau complexe "Linné Plantes", arborant une cinquantaine de logements sociaux et une crèche d'une capacité de 36 enfants. "L'arrivée d'un service supplémentaire implique inévitablement de repenser la tenue de ce quartier. En matière de moralité, et de tranquilité, il serait inacceptable que des carrées de prostitution persistent à exister à côté de sorties de crèches ou de logements sociaux", explique l'édile. Dans ce quartier, la Maison des Enfants vient aussi d'ouvrir et sera bientôt inaugurée, ainsi que la piscine Saint-François.

C'est dans ce mouvement que s'inscrit cette lutte contre la prostitution, menée par la commune et la police. L'année passée, plusieurs carrées ont été identifiés comme lieux relevant de la traîte humaine. Un constat qui a poussé le collège à réagir. "Ce quartier est un quartier d'habitation, nous le confirmons. Il est donc inacceptable que ces actes illégaux de traîte de l'humain aient lieu à côté de maisons, d'écoles, ou de crèches" déplore Emir Kir. Dans le cadre de cette réhabilitation du quartier Nord, la commune de Saint-Josse s’était d'ailleurs lancée, en 2016, dans le rachat d’immeubles comprenant des carrées de prostitution au rez-de-chaussée. L'objectif d'une telle initiative était de circonscrire la prostitution en vitrine et d'offrir un meilleur cadre de vie aux habitants.