Bruxelles La commission d’enquête sur le Samusocial reprend ses travaux ce mardi.

Juste avant son interruption pour cause de congés parlementaires, la commission d’enquête consacrée au scandale du Samusocial avait été très suivie et médiatisée avec, en point d’orgue, l’audition de l’ancien bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) qui s’était défendu posément pendant plus de quatre heures.

Mais la commission n’est pas terminée pour autant et les travaux reprendront ce mardi avec l’audition de Brigitte Grouwels (CD&V) et Evelyne Huytebroeck (Ecolo), anciennes ministres compétentes pour la Politique d’aide aux ppersonnes lors de la précédente législature. Ensuite, ce sont les ministres Pascal Smet (SPA), Céline Fremault (CDH), Guy Vanhengel (Open VLD) et le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) qui seront à nouveau entendus par les commissaires.

Poursuivre les travaux afin de produire des conclusions

Quelles sont les questions qui seront posées par les commissaires et peut-on s’attendre à de nouvelles révélations sur l’affaire du Samusocial ? Même s’il est clair que les auditions d’Yvan Mayeur et de Pascale Peraïta étaient les plus attendues, le chef de groupe MR au parlement bruxellois Vincent De Wolf estime qu’il est important de poursuivre les travaux afin de produire des conclusions.

Mais avant cela, le libéral compte encore poser des questions précises lors des prochaines auditions. Aux anciennes ministres en charge du dossier, Vincent De Wolf demandera notamment si les retards de paiements de subventions dont Yvan Mayeur se plaignait dans plusieurs courriers étaient dus à l’absence d’accord politique. Le conflit entre Céline Fremault et Pascal Smet lors de l’élaboration du contrat de gestion du Samusocial pourrait aussi faire l’objet de questions.

Du côté d’Ecolo, on souhaite surtout se pencher sur l’avenir avec l’espoir d’un débat sur la reconfiguration du secteur de l’aide aux sans-abri et la mise en place d’une politique concertée avec l’ensemble des acteurs de terrain. "Une autre question qu’il faut encore creuser c’est de savoir comment le Samusocial a pu s’imposer comme l’acteur central de la lutte contre le sans-abrisme ? Comment un acteur aussi isolé au sein du secteur et remis en question depuis sa création a pu tirer autant de subventions au niveau politique", interroge le parlementaire Alain Maron.

Les groupes politiques ont été invités à remettre pour jeudi la liste des personnes qu’ils souhaitent encore auditionner. Le nom de la présidente de la Fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx circule mais c’est le bureau de la commission qui fixera la liste définitive vendredi. Les auditions se poursuivront jusqu’à mi-octobre.

Un premier rapport intermédiaire est attendu pour les vacances de Toussaint. Le rapport final, attendu initialement pour fin septembre, ne sera pas achevé avant la fin de l’année car les commissaires veulent d’abord disposer du rapport de l’inspection des Finances commandité par le fédéral pour orienter la suite de leurs travaux.