Bruxelles

En dix ans, le nombre de personnes sans abri et mal logées à quasiment doublé en dix ans à Bruxelles.

Ce mercredi 18 avril prochain, la séance de la Commission des Affaires Sociales examinera le projet d’ordonnance qui concerne le dossier social électronique partagé. Les 80 associations signataires du mouvement Droit à un Toit manifesteront rue du Lombart, devant les portes du parlement bruxellois dans le but d'interpeller un maximum de parlementaires.

Le collectif prône une "vraie politique de lutte contre le sans-abrisme à Bruxelles". "La crise du Samusocial ne serait qu’une déplorable affaire si elle n’avait surgi sur le fond d’un constat sur lequel La Strada vient de mettre un chiffre : depuis 2008, le nombre de personnes sans abri et mal logées a quasiment doublé à Bruxelles. Cela sonne comme un échec cinglant de la politique en la matière", constate le collectif.

Manifestation contre le sans-abrisme
© BELGA

"Les causes de cet échec incluent, entre autres, l’opacité des pratiques et des arbitrages politiques, un manque général de moyens accordés aux acteurs de terrain, la mise en concurrence de ces acteurs, le manque de prise en considération de leurs avis et recommandations lancinantes, leur inscription forcée dans les logiques intégratives de l’État social actif, ainsi qu'une augmentation frénétique des moyens financiers alloués à certains acteurs de l’urgence sociale, sans oublier le manque catastrophique de logements accessibles et l’absence d’une politique de prévention digne de ce nom."

Le secteur de l’aide aux sans-abris réclame une politique intégrée, cohérente et ambitieuse de lutte contre le sans-abrisme, qui s’attaque également aux causes du phénomène.