Bruxelles

Une ordonnance a été votée par la COCOM ce mercredi matin.

Ce mercredi, le plan régional de lutte contre le sans-abrisme a été voté en commission. En février, une ordonnance avait en effet été déposée, accompagnée de chiffres récoltés par la Strada, le centre d'appui au secteur bruxellois d'aide aux sans abri, rappelant ainsi l'urgence de la situation. En 2014, le centre a recensé 2.603 personnes se trouvant en situation de sans-abrisme, ou de mal-logement. En 2017, 4.094 personnes ont été enregistrées comme vivant dans la même situation, soit une augmentation de plus de 30% en trois ans.

En réponse à ces chiffres alarmants, l’ordonnance dont l’objet est d’organiser de l’aide aux personnes sans-abri à Bruxelles a été proposée et votée ensuite. Ce projet a pour but une meilleure coordination entre les différentes associations qui travaillent sur le terrain, pour assurer aux sans-abri un continuum d’aides et de soins jusqu’à ce qu’elle puisse retrouver une situation conforme à la dignité humaine ainsi qu’une place dans la société.

L’objectif est donc d’organiser deux types de travail complémentaires qui sont l’aide d’urgence inconditionnelle et le soutien à la réinsertion sociale et durable. En d’autres mots: mettre les personnes concernées à l’abri et travailler ensuite sur l’accompagnement individualisé et sur le long terme.

Si l’ordonnance a obtenu l’aval de la majorité et de certains partis de l’opposition, le MR est resté opposé à l’accord de cette proposition. “L’objectif de venir à bout du sans-abrisme est tellement peu exprimé dans cette ordonnance, et elle a été votée dans un tel amateurisme, que nous avons décidé de nous y opposer. Un budget beaucoup trop restreint est accordé à l’aide structurelle, or c’est extrêmement important. Après tant d’années marquées par ce problème, on attendait vraiment quelque chose de plus concret. On reviendra avec des amendements pour rendre tout cela plus digne d’une telle problématique”, explique Viviane Teitelbaum (MR), députée au parlement bruxellois.