Bruxelles L’incendie mortel du 17 janvier met en lumière l’état déplorable des logements sociaux de la rue Fernand Séverin.

"J’ai été réveillée par des cris à 6h du matin. Et en me levant, j’ai vu la fumée en face. Depuis que c’est arrivé, j’ai la trouille tous les soirs quand je vais me coucher", confie Nathalie. Depuis la fenêtre de sa chambre à coucher, cette Schaerbeekoise de 52 ans voit très bien l’appartement où résidait Anitha, décédée le 17 janvier dernier en sautant par la fenêtre de son logement social pour tenter d’échapper aux flammes. L’incendie avait également coûté la vie du bébé que la jeune femme portait dans son ventre.

Un drame qui permet aujourd’hui de mettre en lumière l’état déplorable des logements sociaux du Foyer Schaerbeekois situés dans la rue Fernand Séverin et la rue du Tilleul. Dans une vidéo diffusée mardi, le conseiller communal d’opposition Axel Bernard (PTB) dévoile de nombreux manquements sécuritaires.

Premier constat : l’humidité est telle dans certains appartements que les matelas sont humides et que la moisissure s’accumule sur les murs. Au point d’entraîner, selon le parti d’extrême-gauche, des problèmes respiratoires chez des habitants. En l’absence de chauffage central et vu l’impossibilité de munir toutes les pièces de convecteurs au gaz, la majorité des locataires se chauffent avec des radiateurs électriques, ce qui fait grimper la facture énergétique.

Des constats confirmés lors de notre visite dans un appartement situé au n°85 de la rue Fernand Séverin. "Au début, je retapissais chaque année puis j’ai arrêté car cela ne sert à rien. L’humidité revient toujours", explique Nathalie qui vit dans ce logement social avec fils depuis 21 ans. "Nous avons voulu déménager mais nous n’avons pas eu d’autres choix que de rester vu le prix des loyers à Bruxelles…"

La présence d’une douche dans la cuisine n’arrange évidemment rien au problème. Les murs des toilettes sont recouverts de moisissure tandis que l’une des fenêtres de la cuisine ne peut plus être fermée sans l’aide d’un bâton. Dans le salon, des plaques du faux plafond qui menaçaient de s’effondrer ont été recollées en catastrophe. De manière générale, l’enchevêtrement de fils électriques dégainés n’est pas rassurant…

Le récent incendie permettra-t-il aux résidents d’améliorer leurs conditions de vie? Le Foyer Schaerbeekois s’est en tout cas fendu d’un courrier pour annoncer des visites de contrôle dans tous les logements du quartier. "Cette visite a pour objectif de vous rassurer par rapport à la bonne sécurité des installations de votre logement et de pouvoir, le cas échéant, procéder aux réparations ou remplacements utiles", lit-on dans la missive.

Pour rappel , le parquet de Bruxelles a décidé, début février, de saisir un juge d’instruction pour le chef d’homicide involontaire par défaut de prévoyance ou de précaution à charge du Foyer Schaerbeekois. Même s’il s’agit, selon les premiers éléments de l’enquête, d’un incendie accidentel d’origine électrique, le Foyer devra prouver que toutes les mesures de précautions ont bel et bien été prises.