Bruxelles

La note stratégique comprend dix nouvelles mesures en termes de sécurité routière, et sera présentée au conseil communal ce mercredi soir.

Nous vous l'annoncions il y a quelques semaines, des mesures drastiques étaient en cours de préparation à Schaerbeek en termes de sécurité routière. Bernard Clerfayt (Défi), le bourgmestre, avait notamment annoncé que la commune investirait dorénavant six fois plus dans la sécurité routière. 
Ce mercredi soir, une note stratégique sera présentée au conseil communal. Elle est le résultat d'une collaboration entre les services communaux, les cabinets du bourgmestre, des échevins de la Mobilité et des Travaux publics, ainsi que la zone de police Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse), et le citoyens.

En introduisant cette proposition, la commune tend vers une vision zéro, d'une part en mettant tout en oeuvre pour ne plus compter de blessés de la route, et de mort sur son territoire, et d'autre part en appliquant une tolérance zéro vis-à-vis de la violence routière.

" Ces derniers mois, nous avons déploré plusieurs accidents dramatiques sur l’espace public", explique Bernard Clerfayt (Défi), bourgmestre Schaerbeek. "Ils ont mobilisé, à juste titre, de nombreux citoyens et mené à des interpellations sur la sécurité routière. Nous souhaitons répondre fermement au sentiment d’insécurité et notre note stratégique est un des outils pour y parvenir. Elle parcourt les actions déjà mises en œuvre ou en cours de réalisation, mais elle énumère surtout les nouvelles dispositions dont certaines sont déjà d’application depuis le début de cette année."

Cette note stratégique comprend dix nouvelles mesures:

1- Une extension des zones 30. À partir du 1er septembre 2018, 99,5% des voiries communales seront limitées à 30km/h. Seuls les axes régionaux et l’avenue Rogier resteront à 50km/h.

2- Des rapports d'accidentologie élaborés par la police après chaque accident avec lésion corporelle. Ils permettent d’en établir les causes et de faire des recommandations éventuelles.

3- Une augmentation des moyens : en plus des 100.000€ de dotation de la commune de Schaerbeek à la zone de police, cette dernière a décidé de consacrer 700.000€ à la sécurité routière pour l'engagement de personnel, l'achat de véhicules et matériel, location d’un lidar, etc.

4- Une optimalisation des ressources. L’augmentation du personnel dédié à la circulation au sein de la zone de police et le développement du travail transversal ont permis d’augmenter de 37% des verbalisations relatives à la circulation entre 2017 et 2018.

5- Une intensification des contrôles : +130% de véhicules contrôlés entre 2017 et 2018, - 15% d’accidents avec lésions corporelles et +32% de verbalisations relatives au stationnement gênant et/ou dangereux.

6- Des radars supplémentaires : la commune de Schaerbeek est en discussion avec la Région afin de mettre en œuvre un plan de gestion pour une répartition équilibrée des radars et donc des lieux de contrôle

7- Des feux espagnols : ces feux passent automatiquement au rouge s’il détecte que la voiture est au-dessus de la limitation de vitesse, soit 30 km/h. La commune de Schaerbeek souhaite tester ce dispositif à la rue Kessels où des excès de vitesse et du rodéo urbain sont constatés régulièrement.

8- Un éclairage pour piéton : un éclairage particulier pour les passages pour piétons sera testé en juin 2018 à la rue Royale Sainte-Marie (Athénée Verwée).

9- Une optimalisation de la communication. La zone de police communique désormais les résultats de ses actions sur son site internet et développe un point de contact pour les citoyens qui souhaitent envoyer leurs demandes, plaintes et/ou remarques en matière de circulation.

10- Plus de participation citoyenne : la commune de Schaerbeek veut informer tous les citoyens concernés par la sécurité routière des mesures prises et de leurs résultats. Elle a donc créé un comité citoyen de sécurité routière qu’elle réunira une à deux fois par an.

"La violence routière est en augmentation partout à Bruxelles et n’est pas un phénomène propre à Schaerbeek. Il est donc important d’avoir une approche globale et transversale en la matière. Dans cette optique, nous souhaitons que notre ambition en matière de sécurité routière soit intégrée au sein d’un partenariat avec les autres opérateurs concernés. Nous pensons à la Région et au Parquet, mais aussi à la population des quartiers et aux associations", conclut Bernard Clerfayt.