Bruxelles

Suite à ce ce retard, la commune a perdu 2 millions d'euros.

La commune le confirme: la crèche Cérès, située rue de l'Agriculture, ouvrira ses portes en décembre 2019, dernier délai. L'idée de cet établissement est née dans la mouvance du contrat de quartier durable Helmet. Ce dernier financé par la Région bruxelloise, a vu le jour en 2011 et s'est clôturé en 2014. Parmi les différents projets qui en émanent, la création d'une crèche de 48 places était prévue au 110 de la rue de l'Agriculture. La Région avait donc accordé 3 millions d'euros pour la construction de cet établissement.

Pourtant, sept ans plus tard, aucun signe de crèche n'est visible dans la rue en question. "On a eu beaucoup d'obstacles dans ce projet, à commencer par de nombreux litiges lors de l'expropriation", raconte l'échevin des Finances Denis Grimberghs (CDH). Et Michel De Herde (Défi), échevin des Crèches, de poursuivre: "On a ensuite du choisir un entrepreneur. Au début, tout se passait bien avec lui, mais au fur et à mesure, on a constaté que ce dernier était défaillant. On a dressé de nombreux PV pour lui demander d'accélérer car il prenait de plus en plus de retard."

Jusqu'au bout, la commune qui ne voulait pas relancer un marché public, a tenté de travailler avec cet entrepreneur. "C'était un mauvais pari", déplore Michel De Herde, "en juin 2018, on a finalement décidé de rompre le contrat avec lui." Et une fois ce marché rompu, la loi impose de tout recommencer. La commune a donc dû refaire un cahier des charges, repartir à la chasse d'entreprises, leur faire visiter le chantier, etc. "Une autre société va être très vite désignée, et nous pourrons recommencer les travaux dès mars 2019. On assure l'ouverture de cette crèche pour décembre de cette même année", affirme Michel De Herde.

Deux millions passent à la trappe

Le délai accordé par la Région étant de deux ans après la fin du contrat de quartier, cela voudrait tout de même dire que le projet affiche un retard de trois ans, soit cinq au total depuis la clôture du contrat. Et malheureusement, la règle de la Région stipule que cinq ans après le début du contrat de quartier, il faut que toutes les dépenses soient finalisées. Le budget de la création de cette crèche n'entre donc plus dans celui accordé à la commune en 2011. "La Région nous avait donné trois millions d'euros, soit un pour l'acquisition du terrain, ce qu'on garde, et deux pour les travaux", et ce sont ces deux millions d'euros qui passent donc à la trappe...

Le collège a dès lors trouvé un autre moyen de financement, toujours via la Région. Dans le cadre de l'essor démographique, chaque commune a reçu une enveloppe pour répondre aux besoins de la population grandissante, celle de la commune s'élèvant à 15,9 millions d'euros. "On prélève donc les deux millions qu'on a perdus de cette enveloppe, pour la construction de la crèche Cérès."