Bruxelles

En 2017, le service de la Propreté publique de Schaerbeek est intervenu pour 161 signalements de déchets chimiques, dont des huiles alimentaires, près des bulles à verre.

Onze bulles à huile usagée, appelées Oliobox, seront prochainement placées sur la commune par la société Quatra. Elle en assurera la vidange et l’entretien pendant une période test d’un an.

"Ces bulles apportent une troisième alternative aux citoyens pour se débarrasser de leurs huiles alimentaires, rappelle Sadik Köksal (MR), échevin de la Propreté publique. Actuellement, les usagers doivent se rendre à la déchetterie régionale, rue de Rupel près du pont Van Praet, ou à un point de collecte Proxy Chimik, en fonction du planning très limité de Bruxelles-Propreté."

"Ces Oliobox amélioreront la qualité de vie des citoyens : les dépôts clandestins autour des bulles à verre et les versements sauvages de graisses dans les avaloirs diminueront", précise Sadik Köksal.

En Belgique, 55% des huiles et graisses alimentaires des ménages ne sont pas recyclées. Elles finissent dans les égouts, dans les sanitaires ou sont déposées comme dépôts clandestins.

En 2017, le service de la Propreté publique de Schaerbeek est intervenu pour 161 signalements de déchets chimiques, dont des huiles alimentaires, près des bulles à verre. Annuellement, le service collecte près de 2.400 kg d’huiles abandonnées sur l’espace public.

L’installation de ces mobiliers permettra de diminuer les dépôts clandestins autour des bulles à verre et limitera les versements sauvages de graisses dans les avaloirs. Par ailleurs, la société Quatra soutient un programme de protection de la nature. Elle revalorisera ces huiles usagées collectées en biocarburant.

Comment reconnaître les Oliobox ?

De couleur rouge, elles accueillent jusqu’à 70 kg d’huiles et de graisses alimentaires usagées. Placez vos huiles dans un emballage fermé avant de les déposer dans la bulle. La hauteur d’une Oliobox a été conçue de manière à être bien visible sur l’espace public. Elles seront placées près des bulles à verre afin de limiter le risque de dépôts clandestins.

Si cette période pilote s’avère concluante, de nouvelles bulles apparaîtront à Schaerbeek.