Bruxelles

La victime aurait été retrouvée étendue entre le trottoir et la porte de l’immeuble où elle occupait une vitrine.

Une découverte macabre a eu lieu tôt ce matin à Schaerbeek. Le corps sans vie d’une prostituée a été retrouvé poignardé à de nombreuses reprises par une amie de la victime vers 04h45.

La jeune prostituée, âgée d’une vingtaine d’années et d’origine africaine, a reçu 17 coups de couteau selon nos informations. Elle aurait été retrouvée étendue entre le trottoir et la porte de l’immeuble où elle occupait une vitrine de la rue Linné d’après des riverains. Ils évoquent également la possibilité d’un client mécontent.

L’Union des travailleurs et travailleuses du sexe organisé pour l’indépendance (UTSOPI) explique que les collègues, de la jeune victime, sont sous le choc, face à l’horreur et qu’une grève est programmée. Les travailleurs et travailleuses du sexe du quartier ont décidé d’éteindre les néons rouges des vitrines, ce mardi suite à ces faits : “Un tel mouvement est rarissime dans l’univers de la prostitution, souvent très individualiste. UTSOPI s’associe à ce mouvement de grève. On demande à tous les travailleurs et travailleuses du sexe y compris au-delà du quartier Nord, qui peuvent se le permettre, soit d’arrêter le travail, soit d’expliquer à leurs clients les raisons de leur émotion”.

Utsopi relate également la colère du quartier Nord pour les travailleuses du sexe : “Elles ont le sentiment que, parce que beaucoup d’entre elles sont d’origine africaine, elles doivent faire face à une insécurité grandissante. Elles estiment ne pas être protégées efficacement par les autorités, particulièrement à Saint-Josse”.

Dans les prochains jours, UTSOPI participera à une concertation avec les autorités, concernant l’insécurité dans le quartier Nord.

La police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles s’occupe de l’enquête.