Bruxelles Le gouvernement veut définir les véhicules privés et les véhicules à usage professionnel.

"Il est essentiel que la Région se projette d’ores et déjà vers le principe d’une société bas carbone, conformément à l’accord de Paris, en vue de protéger les générations futures. Le gouvernement bruxellois démontre clairement qu’il a une vision à long terme. Il est essentiel que le processus soit inclusif pour aboutir à une interdiction du diesel d’ici à 2030 au plus tard", a déclaré Céline Fremault (CDH) hier. Mais concrètement, comment le gouvernement veut-il opérer ?

Premièrement, la ministre de l’Environnement a été chargée par ses collègues de lancer une concertation avec les parties prenantes et les secteurs professionnels, notamment le Conseil économique et social et les organismes publics.

Ensuite, la décision telle que notifiée dans le rapport de la réunion des ministres bruxellois prévoit la mise sur pied d’un comité de suivi composé des différents cabinets concernés. Ce comité sera chargé pour définir le périmètre des études nécessaires "afin d’assurer la cohérence des mesures fiscales, environnementales, économiques, sociales, et de mobilité, en distinguant notamment les véhicules privés et les véhicules à usage professionnel".

Par ailleurs, Mme Fremault a été chargée de présenter une note au gouvernement régional visant à renforcer les actions et les moyens de contrôle, de communication et de sensibilisation relatifs à la qualité de l’air à Bruxelles.