Bruxelles

L'église du c(h)œur de Bruxelles sera restaurée moyennant 2,4 millions €. Dès le printemps prochain

BRUXELLES Pour sûr, l'église Sainte-Catherine méritait un rafraîchissement. À tout le moins en sa façade ouest. Déliant leur bourse à tour de bras à quelques encablures de la Saint-Sylvestre, les Monuments et sites y injecteront partie de ses 950.000 €.

Le joli cadeau de Nouvel An couvrira en outre, à hauteur de 80 %, les frais de restauration des deux travées contiguës des façades latérales de l'édifice, classé dans sa totalité en 1981. Ce n'est pas tout. L'ouvrage, promis au printemps, table également sur 1.450.000 € pêchés dans l'accord de coopération Beliris.

L'histoire du site ? La première mention d'une chapelle Sainte-Catherine date de 1201. Elle dépendait de l'église Saint-Jean-Baptiste de Molenbeek.

Remplacée aux XIVe - XVe par une église gothique, elle se fit principale au XVIe. En 1629, l'édifice est entièrement transformé.

Mais au XIXe, ses fondations croulent sous l'humidité. Un nouvel édifice conservera la tour baroque initiale.

Après les inondations de la Senne, en 1850, on comble le bassin de Sainte-Catherine et la première pierre du nouveau bâti est posée le 25 septembre 1854. Par le duc et la duchesse de Brabant. Les plans sont l'œuvre de l'architecte Joseph Poelaert. Les travaux s'achèvent vers 1873 sous la conduite de Wynand Janssens.

Sainte-Catherine serait l'adaptation Renaissance du bien gothique. De l'église Saint-Eustache (Paris), elle garde les constantes des façades, des églises françaises du XVIe. Sans cependant renier une originalité, un mélange de style signés Poelaert. Pierres de pavement ou vitraux ne seront pas oubliés d'un chantier que des élèves du coin couvriront de leurs dessins.



© La Dernière Heure 2008