Bruxelles

Une publicité sexiste pour les jeux de hasard avait été dénoncée par le Jury d'Ethique Publicitaire en janvier dernier.

À la suite des remous provoqués par la publicité sexiste pour les jeux de hasard de Star Casino à la STIB, la députée bruxelloise Hannelore Goeman (SPA) a lancé un appel, début 2018, pour interdire la publicité pour les jeux de hasard dans les transports publics bruxellois. Selon elle, une étude démontre que la publicité accroît le risque d’addiction.

Suite cette proposition, le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SPA) a demandé à la STIB d'interdire la publicité pour les jeux de hasard, et l'interdiction entrera en vigueur au 1er janvier 2019.

"La publicité pour les jeux de hasard fait penser qu’il n’y a que des gagnants, mais dans la pratique, les jeux de hasard entraînent souvent l’addiction et l’endettement. Je trouve irresponsable que de la publicité pour ce genre de pratiques soit faite dans des lieux publics. Car, lorsque vous gagnez, vous avez des amis, mais si vous perdez, votre entourage et la société vous tournent le dos", explique Hannelore Goeman, qui précise que "les pouvoirs publics ne peuvent pas rester aveugles devant l’impact négatif de la publicité pour les jeux de hasard et doivent prendre leurs responsabilités."

"En tant qu’entreprise public, je trouve important que la STIB apporte sa pierre à l’édifice dans la lutte contre l’addiction aux jeux de hasard. Le contrat de gestion de la STIB avec la Région de Bruxelles-Capitale sera adapté pour interdire la publicité pour les jeux de hasard dans le métro, les trams et les bus, ainsi qu’aux arrêts de tram et de bus", explique de son côté Pascal Smet.