Bruxelles Des experts craignent que les nouveaux bus hybrides ne soient pas réceptionnés dans les temps.

Avec l’instauration de la zone basse émission, entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier et qui vise à bannir progressivement les véhicules les plus polluants de la capitale, de nombreuses voitures ont été interdites à la circulation. Et à partir du 1er janvier 2019, une nouvelle vague de véhicules sera concernée par cette mesure.

Le charroi de la Stib ne déroge pas à la règle, puisque entre 110 et 115 bus Euro 2, mis en service avant 2000, ne pourront plus être mis en circulation à compter du 1er janvier prochain, et ce sur un parc de 700 bus. Selon la Stib, il s’agit de 103 bus Euro 2 ainsi que de huit véhicules qui servent à l’écolage des nouveaux chauffeurs. Pour les remplacer, la Stib a, en février dernier, commandé 110 bus hybrides standards au constructeur Volvo.

Mais des experts ont fait part de leur inquiétude concernant le délai de livraison, et ils craignent que les bus hybrides commandés ne soient pas livrés dans les temps.

"Étant donné que plus de 110 bus ne pourront plus être utilisés à la fin de cette année, la Stib a tout intérêt à ce que ces bus hybrides soient livrés, or il ne reste que quatre mois avant l’échéance fatidique du 31 décembre et ces bus ne pointent toujours pas le bout de leur nez. Les spécialistes se demandent dès lors comment la Stib pourra exploiter son réseau avec les autobus qui ne pourront plus rouler et les 110 nouveaux autobus qui ne sont pas encore livrés", explique notre source.

Mais du côté de la Stib , on dément tout problème de délai. "Nous n’avons aucune inquiétude sur le respect du planning de livraison. En effet, nous aurons un minimum de 90 bus livrés d’ici janvier ce qui va nous permettre de ne plus faire circuler nos bus Euro 2 conformément à la législation qui entre en vigueur au 1er janvier 2019", explique Françoise Ledune, porte-parole de la Stib.

"Les nouveaux véhicules nécessitent moins de réserve que les vieux bus et la première semaine de janvier est encore une période de vacances scolaires. Il n’y a donc pas de craintes à avoir. Par ailleurs, nous attendons également la livraison de 145 bus hybrides qui seront mis en service dès le printemps 2019."

Par ailleurs, la Stib précise que la centaine de bus polluants qui seront bientôt déclassés sont utilisés le moins possible sur le réseau. "Lors des heures de pointe, on ne peut se passer de ces bus. Mais en dehors de ces périodes, on tâche de les utiliser le moins possible, mais nous les affectons sur des petits services et ils ne circulent généralement pas le week-end et pendant les vacances scolaires lorsque les fréquences moins élevées nous permettent de les laisser au garage", conclut Françoise Ledune.