Bruxelles

La première phase des travaux de construction de la méga-prison à Haren au nord de Bruxelles, a été entamée ce lundi matin.

Trois opposants à la construction du projet de méga-prison à Haren qui menaient une occupation dans la "zone à défendre" (ZAD) du Keelbeek, ont été évacués lundi matin à l'occasion du début des travaux du chantier du futur établissement pénitentiaire, indique la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles, qui précise qu'il n'y a eu ni interpellation, ni incident. 

La première phase des travaux de construction de la méga-prison à Haren au nord de Bruxelles, a été entamée ce lundi matin. Le nouveau complexe, qui s'étendra sur un site de 15 hectares, doit remplacer les prisons vétustes et surpeuplées de Saint-Gilles, Forest et Berkendael. Il sera composé de deux maisons d'arrêt pour hommes, d'une maison de peine pour hommes, d'un centre fermé pour femmes, d'un centre ouvert pour femmes, d'un centre d'observation, d'un département psychiatrique et centre médical. Ce "village pénitentiaire" pourra accueillir 1.190 détenus au total.

La méga-prison suscite toutefois la controverse et des occupations visant à dénoncer sa construction ont vu le jour depuis 2015 à proximité de son futur emplacement. Les opposants estiment notamment que le projet aggravera le problème de la surpopulation carcérale et mènera à la destruction d'un des derniers poumons verts de la capitale.