Bruxelles

L'auteur de polars Luc Delfo signe un nouveau roman dont l'intrigue se déroule à Uccle.

Auteur de polars à succès en Flandre, où il a publié depuis 1999 plus d’une trentaine de livres vendus à quelque 650.000 exemplaires, Luc Deflo passe à la vitesse francophone. Le dernier roman de cet Ucclois de 60 ans est, pour la première fois, traduit en français. Et c’est un succès, puisqu’à peine sorti, A toi de voir fait déjà l’objet d’un second tirage de l’éditeur. Cerise sur le gâteau pour les lecteurs bruxellois, l’intrigue se déroule à Uccle, dans un presbytère reconverti en… maison close de luxe !

Ce n’est pas Madame Claude, mais Francesca. Une jeune prostituée de luxe qui a installé ses activités, non pas à Paris mais dans l’ancienne demeure du curé d’Uccle dont le péché est de s’être transformé en maison de passe cossue. Un péché partagé par cinq protagonistes qui vont se croiser, dans ce lieu fermé, où les meurtres vont se succéder en une seule journée. Et l’assassin est forcément parmi eux. Un cas d’école à l’anglaise du roman policier.

© D.R.

Et c’est l’auteur qui l’écrit lui-même à la page 105 : "Ceci n’avait rien d’une affaire habituelle. Ca ressemblait plus à un roman d’Agatha Christie. Victime, témoins et meurtrier, tous coincés au même endroit, sur le lieu du crime. Un vrai huis clos". Dont acte. Et ce n’est pas pour rien que, dès son premier roman Naakte zielen (Âmes nues), paru en 1999, Luc Deflo a été nommé pour le prix Hercule Poirot, qui récompense chaque année le meilleur auteur flamand de roman policier. À l’instar de Pieter Aspe dont le commissaire dévoile Bruges dans ses enquêtes ou de l’ancien officier porte-parole de la police de Bruxelles Christian De Coninck situant les enquêtes de son superflic dans la capitale, Deflo a planté les intrigues de ses premiers bouquins en Flandre. Mais pour sa première traduction en français, il a situé l’action de son nouveau roman à Uccle.

Puisqu’il s’agit d’un huis clos, on regrettera un peu de ne pas assez visiter et repérer les rues, cafés et restos ucclois au fil de l’action et de l’enquête. Mais soit, la trame est tendue et le suspense préservé jusqu’à la dernière page. Il y a beaucoup de tension psychologique entre les rivaux opposés, un fond de sexe, de la violence qui parfois renvoie vers l’ambiance de The Shining… Traduit en français en Belgique par Emmanuèle Sandron, qui convertit déjà la plume de Pieter Aspe, A toi de voir se lit d’une traite, avec la saveur de personnages bien trempés dans leur côté bruxellois, qu’ils soient flic, entrepreneur au noir, ou attaché commercial.

À toi de voir, par Luc Deflo. Éditions bitbook.be.