Bruxelles

Pendant une demi-heure, plus aucun métro ne s’est arrêté ce jeudi au sein de la station de Beekkant. 

En cause  ? Un contrôle de titres de transport a bien failli virer à l’émeute peu avant 17 h. 

Au préalable, un jeune s’était fait pincer alors qu’il avait utilisé le titre de transport de l’un de ses amis. Lequel se l’est  vu comme à l'accoutumée saisir par les contrôleurs de la Stib… 

Résultat  ? Une cinquantaine de "curieux" se sont aussitôt massés autour de la dizaine de contrôleurs et la police locale de la zone Ouest a dû être appelée en renfort. 

Sept individus, dont une mère de famille, ont été interpellés dans la foulée avant que le calme revienne.

"Une personne qui utilise un titre de transport qui ne lui appartient pas encourt une amende de 380 euros. Ce titre de transport est alors automatiquement saisi et son propriétaire peut obtenir, moyennant 10 euros, un duplicata dans l'une de nos boutiques", explique Françoise Ledune, porte-parole de la Stib. "Dans certains cas extrêmes, si l'infraction se répète régulièrement, on peut refuser de délivrer ledit duplicata."