Bruxelles

Un délégué de la CGSP explique avoir été agressé par un policier après avoir assisté à un accident de la route.

Vendredi, chaussée de Ninove, aux alentours de 17 heures. Majid E., la cinquantaine, revient des courses avec sa femme et sa fille lorsqu’il est témoin d’un accrochage entre une voiture et un bus De Lijn. La tension monte entre les protagonistes de l’accident. « J’ai même vu le chauffeur du bus cracher sur le conducteur », confie Majid.

Aussi, lorsque la police d’Anderlecht intervient et menotte devant sa fille le conducteur de la voiture pour l’embarquer, Majid intervient auprès d’un agent. « Je lui ai indiqué que le chauffeur du bus avait craché sur l’autre. J’ai dit que je voulais bien témoigner, en lui présentant ma carte d’identité », poursuit le quinquagénaire. Mais ce début de geste citoyen a viré à la douloureuse mésaventure pour le Bruxellois.

« Retourne dans ta voiture macaque, et laisse-moi faire mon boulot ». Tels sont les propos qu’un des policiers aurait tenu à l’encontre de Majid. « Je n’ai pas compris pourquoi il était si agressif. Je lui ai fait remarquer qu’il donnait une mauvaise image de la police devant tout le monde. Je lui ai rappelé que j’avais été témoin de l’accident. »

Ça n’a visiblement pas plu au policier en question. « Il m’a à nouveau insulté avant de me passer les menottes aux poignets », rapporte Majid. « Ils m’ont embarqué. Ma femme et ma fille sont sorties de la voiture pour protester. Elles savaient bien que je n’avais rien fait. Elles ont alors été violemment bousculées par une autre policière. »

Quant à Majid, direction le poste de police. « J’ai passé 40 minutes au cachot avant d’être relâché sans un mot d’explication. Les menottes étaient trop serrées. Le soir-même, je me suis rendu à l’hôpital. Je n’ai rien de cassé, mais d’importantes lésions aux poignets. »

Le choc psychologique est important pour Majid et sa famille. Le cheminot s’en tire en outre avec une incapacité de travail de quatre jours. « A cause de cette histoire, je n’ai pas pu passer un examen interne prévu depuis longtemps dans mon entreprise », regrette Majid.

La victime de cet incident est par ailleurs délégué CGSP à l’Atelier Forest. Philippe Dubois, secrétaire permanent de la CGSP-Cheminots à Bruxelles, n’entend pas en rester là. « Nous sommes particulièrement choqués par ce qui est arrivé à notre délégué », confie Philippe Dubois. « Cette violence gratuite et ces insultes racistes sont totalement contraires aux valeurs que nous défendons. Nous voulons une enquête, nous allons prendre contact avec le Comité P. »

De son côté, la police d’Anderlecht nous confirme par la voix d’un officier être au courant de l’incident. Une enquête interne serait en cours. La police promet une communication officielle dans les prochains jours.