Bruxelles

La plateforme citoyenne BXLairpropre a tenté de conscientiser les parlementaires bruxellois ce vendredi matin.

Pour conscientiser les parlementaires bruxellois sur le lien qui existe entre la pollution de l’air et la santé des citoyens, la plateforme Bxlairpropre a organisé ce vendredi matin une action ludique. Affublés des tenues typiques des serveurs parisiens, ces citoyens ont offert aux députés des verres d'eau sale, à l'image des 10.000 litres d'air pollué que les poumons de chaque Bruxellois inspirent chaque jour.

En séance plénière, les députés avaient un débat sur le climat en vue du sommet international sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre prochain. Mardi, les parlementaires avaient également discuté du nouveau plan bruxellois Air-Climat-Énergie. Aux yeux de la plateforme BXLairpropre, ce texte n'est qu'un catalogue de bonnes intentions sans calendrier ni budget. "Nous avons dépassé le stade des études, nous réclamons des mesures!", indique Annika Cayrol qui estime qu'il faut revoir et renforcer le plan Air-Climat-Énergie. Et de rappeller que la pollution de l’air à Bruxelles dépasse sensiblement les normes recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La plateforme BXLairpropre insiste: il s'agit d'une question de santé publique! "Selon l'étude réalisée par Catherine Bouland, professeur en Santé Environnementale à l'ULB, 632 personnes meurent prématurément chaque année à Bruxelles à cause de la pollution de l'air. En tant que parents et citoyens, nous voulons rester à Bruxelles, mais sans compromettre notre santé. Le plan, dans son état actuel, ne suffit pas à rendre l'air propre à Bruxelles et protéger la santé de nos enfants et des autres groupes vulnérables."

En juillet dernier, la plateforme BXLairpropre avait lancé une pétition afin d’exiger au gouvernement bruxellois des mesures plus efficaces et mesurables. À ce jour, plus de 3.500 personnes ont signé cette pétition.

© Pa.D.