Bruxelles L’auteur des faits et ses complices n’ont pas encore pu être arrêtés.

Les faits remontent à la nuit du vendredi 30 septembre au samedi 1 e octobre. Ils se sont déroulés dans une camionnette à proximité de la station Étangs Noirs, à Molenbeek. La victime est une ressortissante marocaine de 19 ans venue en Belgique rendre visite à sa famille qui habite dans la commune. Elle s’est perdue cette nuit-là en tentant de regagner le domicile de sa sœur.

Sa sœur ne répondant pas à ses appels, elle a demandé son chemin dans un night-shop où elle a fait la rencontre de son futur violeur. "Tu as besoin d’aide, viens avec moi, on va t’aider et te ramener chez toi", lui a-t-il dit avant de l’emmener vers sa Peugeot Partner de couleur noire. Lorsqu’il a ouvert la portière, plusieurs hommes sont sortis du véhicule, mais ils ne sont pas allés bien loin; ils sont restés autour pour contempler par les fenêtres l’horrible scène qui allait se jouer.

Coincée dans l’habitacle, la jeune femme a été frappée et droguée avant d’être sauvagement violée pendant environ une heure par son faux sauveur. "Lorsque je pleurais et demandais de me laisser tranquille, en disant que j’avais un fils, il me disait qu’il n’en avait rien à faire, qu’il était illégal en Belgique, que rien ne pouvait lui arriver", a-t-elle précisé dans sa plainte que La DH a pu consulter.

Après lui avoir volé son GSM, son portefeuille avec 550 euros dedans et son passeport marocain, son violeur l’a finalement relâchée chaussée de Gand. Elle a alors tenté de porter plainte au commissariat central de Molenbeek, mais "le policier qui était à l’accueil n’a pas compris ce que je voulais dire (la victime ne parlant ni le français, ni le néerlandais) et m’a demandé de quitter le commissariat", explique-t-elle.

En état de choc, la jeune femme a, dans la foulée, pensé à se suicider en sautant dans le canal, mais un brave monsieur qui passait par là lui est venu en aide à temps. Il a appelé une ambulance qui l’a emmenée à l’hôpital où sa sœur l’a retrouvée plus tard. Elles sont retournées au commissariat de Molenbeek et sont cette fois parvenues à déposer plainte.

Questionné, le parquet de Bruxelles a confirmé hier qu’une enquête était en cours, mais n’a pas souhaité en dire plus au vu du caractère sensible de l’affaire. Selon nos infos, le violeur et ses complices n’ont a priori pas encore été identifiés ni interpellés.