Bruxelles

La N-VA a présenté hier mercredi les douze têtes de liste qui se présenteront aux élections communales d’octobre 2018 avec une présence remarquée, celle du ministre de l’Intérieur Jan Jambon, venu marquer son soutien à ses camarades. "Nous voulons apporter du changement au sein de la gestion des communes bruxelloises, en faisant de Bruxelles une Région avec davantage de sécurité, tout en intensifiant la lutte contre le chômage des jeunes", a clamé Jan Jambon, non sans tacler le PS et les multiples scandales dans lesquels le Parti socialiste s’est embourbé ces derniers mois.

Parmi les mesures concrètes annoncées, la N-VA plaide pour une "tolérance zéro dans plusieurs quartiers pour rétablir la sécurité", "l’instauration de partenariats locaux de prévention afin de favoriser la participation citoyenne", "l’extension du réseau de caméras surveillance et de bodycams pour les policiers". Jan Jambon a également plaidé pour une fusion des six zones de police bruxelloises, avant d’asséner que "chaque voleur de sac ne devient pas terroriste, mais chaque terroriste a un jour commencé son parcours dans la petite criminalité ou le décrochage scolaire".

La N-VA présentera des listes dans plusieurs communes emblématiques de la capitale telles que Bruxelles-Ville, Anderlecht, Molenbeek, Schaerbeek ou Uccle. Pas de traces des nationalistes flamands, en revanche, dans les communes de Watermael-Boitsfort, Saint-Gilles, Saint-Josse, Forest et les deux Woluwe.