Bruxelles Les clubs du Brabant wallon et de Bruxelles s’affronteront dès 2017-2018 dans une P1 100 % ACFF.

C’était dans l’air depuis plusieurs semaines maintenant, c’est désormais confirmé, la scission entre clubs néerlandophones et francophones s’est étendue à tout le Brabant puisque la saison prochaine, il y aura une P1 flamande et une autre reprenant les clubs issus du Brabant wallon et de Bruxelles, comme c’était le cas cette année jusqu’à la P2.

Seule la P1 avait subsisté cette année, elle n’aura donc pas résisté longtemps. "C’est la suite logique des choses", souffle Marc Roosens, le secrétaire du CP Brabant. "Une large majorité des clubs (NdlR : 122 pour, 11 contres et six votes nuls) ont accepté cette réforme contre laquelle on ne pouvait plus continuer de se battre. Les clubs flamands voulaient cette scission et quand un des deux veut divorcer, on ne peut pas vraiment s’y opposer."

Du coup, les clubs du Brabant wallon et de Bruxelles évolueront désormais dans une P1 100 % ACFF qui verra donc 7 ou 8 équipes de P2 (en fonction du maintien ou non de Grez en P1) promues dans cette P1 francophone afin d’atteindre le nombre de 14 équipes qui composeront la série. De quoi peut-être créer un nivellement par le bas comme beaucoup le craignent.

"J’ai toujours dit que la P1 brabançonne était la plus forte. On le voit avec les équipes bruxelloises et du Brabant wallon qui s’en sortent souvent assez bien à l’échelon national. Avec cette série scindée et un championnat à 14, je pense que ce ne sera plus le cas. On va assister à un nivellement par le bas", confie Henri Pensis pour le RCS Brainois.

"Seul l’avenir nous le dira", ajoute Marc Roosens qui conservera son poste de secrétaire puisque, si l’ACFF et la VFV auront chacun leur comité, le secrétariat provincial sera le même pour les deux entités.

Pas de quoi vraiment réjouir Marc Roosens qui s’était battu durant de nombreuses années pour conserver l’unité entre francophones et néerlandophones.

"Cela fait 24 ans que je me battais pour conserver l’unité du football brabançon. Mais on ne pouvait pas continuer à se battre de la sorte, résister à cette scission que l’on constate aussi dans le monde politique. Ça me fait un pincement au cœur quand je pense à toutes ces années passées ensemble, même si j’avais bien senti que cette réforme serait inévitable. Cette fois, la raison l’a emporté sur la passion, mais j’espère que les clubs francophones et flamands continueront à bien s’entendre et à organiser des choses ensemble."

La probable future P1 (en fonction des classements actuels) : Braine, Stockel, Crossing, Renaissance, Jette, Sporting Bruxelles, Bx Brussels, Villers, Lasne Ohain, Jodoigne, Etterbeek, Kosova, Boitsfort, Stade Everois.


© D.R.