Bruxelles

Chaque jour, 18 procès verbaux sont rédigés pour sanctionner des conducteurs de poids lourd qui utilisent leur smartphone.

La secrétaire d'Etat bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) souhaite que le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) fasse une priorité du recours à une technologie qui empêche l'usage de smartphones au volant de camions. Dans un premier temps, M. Bellot entend toutefois estimer si une hausse des amendes infligées lors de cette infraction ne peut pas avoir un effet positif.

Chaque jour, 18 procès verbaux sont rédigés pour sanctionner des conducteurs de poids lourd qui ne respectent pas cette règle. Mme Debaets estime que cette mesure n'est pas suffisante et voit dans les évolutions technologiques une possibilité de résoudre le problème.

La Région bruxelloise soutiendra d'ailleurs les organisations de transport qui accompagneront les entreprises équipant leurs véhicules de dispositifs technologiques empêchant le recours au smartphone.

Ces technologies peuvent constituer une bonne solution pour l'avenir, reconnaît M. Bellot, qui compte cependant d'abord se pencher sur l'impact d'une hausse du montant des amendes. Si une éventuelle technologie est mise en place par la suite, elle devrait l'être à l'échelle européenne, estime-t-il.