Bruxelles

La zone Montgomery organise des rondes de surveillance au moins trois fois par jour. La DH a suivi deux agents pendant une opération.

Qui dit vacances, dit forcément abandon de sa maison pendant un moment. Si les chiffres montrent que les cambriolages n’augmentent pas spécialement pendant les deux mois d’été (voir ci-dessous), il en va tout de même de la période où la plupart des maisons et quartiers sont vides, et donc par conséquent, moins surveillées.

C’est la raison pour laquelle la zone Montgomery (Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert, et Etterbeek) propose depuis 2009 un service de surveillance, l’opération Laguna, qui offre aux habitants qui le souhaitent de passer à plusieurs reprises devant leur maison pendant leur absence, et de s’assurer que tout est normal. Nous avons suivi deux agents pendant leur ronde quotidienne.

© BAUWERAERTS DIDIER

À bord de leur véhicule de police, Pascal Bosquet et Enriquez Louis anticipent leur trajet pour la ronde de 13 h. Ils devront passer par dix maisons de Woluwe-Saint-Lambert, un circuit qui durera à peu près une heure. “Pour l’instant on n’a que dix inscrits, mais ce n’est que le début, ça va forcément augmenter fin juillet et pour tout le mois d’août”, explique le premier.

Depuis le début de l’été, c’est donc un rituel pour les policiers de la zone. Trois fois par jour, ils tournent dans le quartier en voiture, s’arrêtent à chaque maison inscrite dans le dossier, et vérifient tous les paramètres de sécurité. “La priorité, c’est de rentrer le courrier dans la boîte aux lettres, explique Pascal Bosquet. Une boîte qui déborde est signe d’absence, ça attire le regard. Ensuite, ce qui est très important, c’est de regarder que tout soit fermé : fenêtres, portes, oscillo battants, etc.” Et quand ils le peuvent, les agents font aussi le tour de la maison pour s’assurer qu’il n’y a rien d’anormal. “Vous savez en dix ans d’opération on voit de tout. On a même déjà retrouvé des clés sous le paillasson, alors que les habitants étaient partis depuis plusieurs jours. Notre rôle c’est aussi de passer derrière les riverains qui auraient oublié de fermer une fenêtre”, raconte Enriquez Louis en vérifiant qu’une porte de garage est bien verrouillée.

© BAUWERAERTS DIDIER

Mais le rôle des policiers qui font ces rondes ne s’arrête pas là. “On est là pour intervenir évidemment, mais cette opération, c’est purement de la prévention. Même si ça va de mieux en mieux, les gens n’ont pas encore tous les réflexes pour éviter qu’on rentre chez eux”, explique l’agent Bosquet. “On tient un rapport de chaque maison qu’on surveille, et parfois, on met des notes à côté. Regardez ici, la clôture est très basse, on entre dans le jardin comme on veut. Je vais le noter pour qu’ils voient ça à leur retour, ça serait bien qu’ils arrangent ça, c’est un peu risqué de laisser une telle entrée.” À côté de certaines adresses, on peut donc voir plusieurs remarques ou constats de la part de l’agent qui est passé comme par exemple : “attention à ne pas laisser d’échelle dans son jardin”, ou encore “pensez à condamner vos soupiraux”, une porte ouverte au cambriolage, selon les deux agents.

Une fois la ronde terminée, les policiers rendent ce dossier aux suivants, qui feront la tournée du soir, avant que les prochains ne reviennent très tôt le lendemain matin. “Ce qui est bien avec ces tournantes, c’est qu’on en profite aussi pour surveiller tout le quartier. On ne se contente pas de juste regarder les maisons inscrites, mais on est attentifs à tout comportement inhabituel”, conclut Pascal Bosquet.

© BAUWERAERTS DIDIER

Jusqu’ici, sur l’entièreté de la zone Montgomery, 300 formulaires de demande de surveillance ont déjà été remplis, contre 600 pendant toute l’année. Les deux mois d’été remplissent donc la moitié des requêtes.

5 conseils de la police pour éviter le cambriolage

© BAUWERAERTS DIDIER

“Les gens sont de plus en plus sensibles au sujet, mais ils n’ont pas encore les bons réflexes”, explique Marleen Coppens, commissaire au service prévention de la zone Montgomery. Elle nous rappelle quelques conseils clés pour passer d’agréables vacances.

1 Simulez une présence. Demandez à des voisins de venir ouvrir les volets de temps en temps, ou bouger la voiture garée devant chez vous.

2 Verrouillez tout. Fermez à clé les fenêtres, portes, barrières et grilles. Si vous avez des portes coulissantes, mettez un bâton pour l’empêcher de coulisser.

3 Soyez discrets. Ne mettez pas de mot d’absence, ne communiquez pas trop votre départ sur les réseaux.

4 Protégez vos biens. Rentrez les échelles et outils de jardin, dissimulez les biens attrayants et facilement transportables, placez vos valeurs à la banque ou dans un coffre.

5 Assurez-vous. Dotez-vous d’une alarme et signalez la police de votre départ et de la personne de contact en cas d’infraction. Vérifiez la validité de votre police d’assurance contre le vol, et enregistrez les numéros de série et les caractéristiques particulières de vos objets de valeur.


L’été n’est pas la pire période

Partir en vacances l’esprit tranquille n’est pas toujours facile pour les personnes qui laisseront leur maison vide pendant parfois plusieurs semaines.

Et il y a de quoi s’inquiéter puisqu’on remarque une nette augmentation des cambriolages dans des habitations lors des mois de juillet et d’août par rapport au mois de juin ou de septembre.

Ainsi, en 2017, 1.316 cambriolages ont eu lieu sur le territoire de la Région bruxelloise durant l’été (juillet et août). C’est la zone de Bruxelles Capitale-Ixelles qui s’est vu le plus souvent cambriolée avec 330 cas l’été passé. Mais il s’agit aussi de la plus grande zone de la capitale. Il convient dès lors de comparer le nombre de faits au nombre d’habitants. C’est dans la zone de Bruxelles-Midi (Saint-Gilles, Forest, Anderlecht) que le nombre de cambriolages est le plus important avec un cambriolage pour 779 habitants l’été passé. Là où la zone Montgomery (Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert, Etterbeek) est la zone qui a connu le moins de cambriolages avec un cambriolage pour 1.115 habitants. En revanche, les chiffres parlent d’eux-mêmes en ce qui concerne les périodes qui connaissent le plus de cambriolages.

En effet, c’est en janvier (665 cambriolages) et décembre (674) de l’année passée qu’il y a eu le plus grand nombre de faits. L’obscurité qui règne plus tard le matin et qui arrive plus tôt le soir est certainement un motif encourageant pour les cambrioleurs qui se sentent cachés par la pénombre.

© BAUWERAERTS DIDIER