Bruxelles

La commission de concertation concernant le projet d'un méga-bordel à Schaerbeek se déroulait ce jeudi

BRUXELLES En février dernier, Franky De Coninck, le patron de la Villa Tinto anversoise, a déposé une demande de permis pour réaliser un projet similaire à Schaerbeek, soit un complexe immobilier mixte de 6.500 m2 comprenant des commerces, du logement et des studios de prostitution.

Les citoyens qui en avaient fait la demande lors de l'enquête publique ont pu se rendre à la commission de concertation organisée ce jeudi à la commune de Schaerbeek pour faire part de leur remarque concernant ce projet d'aménagement de l'angle des rues d'Aerschot et de Quatrecht.

"Il y avait environ 25 personnes parmi lesquelles des commerçants, des riverains ainsi que des tenanciers de bars de prostitution... Tous étaient contre le projet", détaille Cécile Jodogne, échevine en charge de l'urbanisme (FDF) qui a, d'ores et déjà, annoncé que la commission de concertation s'orientait vers un avis négatif.

Le débat était très animé, raconte l'édile. "J'ai dû faire un peu de discipline car certaines personnes interrompaient constamment les autres ou ne laissaient pas l'architecte porteur du projet faire sa présentation."

Malgré ces réactions négatives, Franky De Coninck dit rester optimiste. "On sait depuis des années que ça va prendre beaucoup de temps pour que les gens comprennent qu'il faut accepter la prostitution. Ce métier existera toujours et cela ne sert à rien de faire les hypocrites en prétendant qu'on va la supprimer totalement. Par contre, il faut canaliser et encadrer cette activité comme c'est déjà le cas en Flandre."

L'entrepreneur reste persuadé que son projet pourrait améliorer la situation dans le quartier Nord. "À Anvers, cela a a amélioré la propreté et la sécurité, ce qui est bénéfique pour les commerçants et les autres propriétaires de bars. Et aussi pour les habitants car, pour l'instant, personne n'a envie d'aller vivre dans ce coin de Schaerbeek!"

© La Dernière Heure 2013