Bruxelles L’office de tourisme Use-It propose aux jeunes voyageurs de vivre une expérience 100 % locale.

Si Bruxelles se résume parfois à sa Grand-Place, son Manneken Pis et ses gaufres à la crème fraîche, l’office de Tourisme Use-It a voulu casser ces clichés en proposant des activités beaucoup plus originales aux jeunes touristes. Située dans la galerie Ravenstein depuis un peu plus d’un an, l’office de tourisme, qui bénéficie du soutien de visit.brussels, propose des cartes atypiques permettant de vivre une expérience 100 % locale. Des tours à pied sont également organisés une fois par semaine. La DH a suivi le guide ce samedi après-midi.

Le départ est donné à 15h dans la galerie Ravenstein. Une quinzaine de personnes participent à cette visite des petites ruelles de la capitale, organisée par Francesca, une des bénévoles de l’agence. Après un bref passage par la gare centrale, nous arrivons près de la galerie Agora, devant laquelle Francesca s’arrête pour donner de brèves explications. "C’est une galerie un peu bizarre, où tous les magasins se ressemblent. Très peu de touristes y passent", commente la jeune femme. Ensuite direction la Grand-Place mais pas pour admirer l’Hôtel de Ville. Francesca attire l’attention sur un panneau intitulé "J’existe" permettant aux citoyens d’y accrocher des papiers en tout genre.

Quelques mètres plus loin, dans la rue Marché aux Herbes, la bénévole pointe du doigt une façade délabrée depuis de nombreuses années. "En huit ans, je n’ai jamais vu une façade ici. C’est devenu un endroit où les gens viennent faire des graffitis". Après une visite de la galerie du centre, ses sexshops, ses bars à ongles et ses salons de tatouages, le groupe déboule dans la rue des Bouchers et Francesca est catégorique : "N’y allez surtout pas !" En effet, à la place des moules-frites, le guide propose plutôt d’aller manger une mitraillette, un repas traditionnel de la gente estudiantine.

Changement de décor en arrivant aux abords du canal puisque les touristes traversent le fameux quartier Alhambra avant de plonger dans les petites rues de Molenbeek et de rentrer vers l’agence. Au total, deux heures de marche auront permis aux jeunes visiteurs de se faire une idée de la capitale. "Je trouve cela important de montrer tous les côtés d’une ville et ils ne sont pas forcément mauvais. Bruxelles reste une ville magnifique sur laquelle on peut raconter beaucoup d’anecdotes", confie Francesca. La moyenne d’âge de ce genre d’excursion se situe entre 18 et 25 ans.En 2015, plus de 20.000 personnes ont franchi la porte de l’agence pour dénicher des conseils. Un chiffre en légère baisse suite aux attentats mais l’automne semble prometteur selon Nicolas Marichal, rédacteur en chef de Use-It.


Une carte créée par des locaux

Les cartes distribuées gratuitement par Use-It reprennent 71 lieux d’intérêts mais proposent aussi des itinéraires alternatifs dans les petites rues de Molenbeek, Saint-Gilles et Bruxelles-Ville. "La carte est renouvelée tous les ans et est faite par des bénévoles locaux car ce sont eux qui connaissent le mieux la ville et ses histoires. C’est la grande différence avec d’autres guides qui sont réalisés par des journalistes. Ici, on vous propose de vivre comme un Bruxellois, en mangeant une mitraillette ou un stoemp plutôt qu’un moules-frites", explique Nicolas Marichal, rédacteur en chef de Use-It. Récemment, suite à la polémique de la fresque géante représentant un pénis à Saint-Gilles, un tour spécial graffiti a d’ailleurs été créé. De plus, dans les locaux de l’agence, un agenda, concocté par les bénévoles, reprend les événements culturels, festifs et gastronomiques de la semaine à ne pas rater.