Bruxelles L’ultime fresque de La Dernière Heure va disparaître derrière un bâtiment en construction.

Située sur l’avenue Houba de Strooper, à Laeken, l’ultime peinture publicitaire de La Dernière Heure avait pu survivre à travers les années. Mais récemment, un bâtiment en construction juste devant menace de la recouvrir à jamais. L’occasion de découvrir les anciennes peintures publicitaires qui ornent les murs de la capitale.

Au fil des rues bruxelloises, nous avons pu en recenser sept autres. Du nord au sud : une pub pour une assurance, à la rue Walkiers à Evere, deux fresques dont la marque n’est plus identifiable à l’avenue Princesse Elisabeth, à Schaerbeek. Dans le centre-ville, une publicité Zanussi est visible dans le quartier Sainte-Catherine tandis qu’un peu plus loin, sur la place du Jeu de Balle, c’est la peinture très bien conservée de Rossi&Martini qui se situe au coin de la rue de l’Économie. Finalement, à Woluwe-Saint-Lambert se trouvent les deux fresques Sano et L’Alsacienne, l’une au dessus de l’autre.

À Bruxelles, il est difficile de recenser le nombre total de peintures publicitaires qui persistent. Cependant, sur toutes celles qui existent, seulement trois sont classées. Il s’agit des deux fresques publicitaires situées à Woluwe-Saint-Lambert. L’une vantant les mérites du shampooing Sano, l’autre annonçant les tissus l’Alsacienne. Toutes les deux font référence à la droguerie du moulin et datent probablement de l’entre-deux-guerres.

La troisième et dernière pub classée est celle à Evere. Un peu moins vieille, celle-ci date des années 1940, après l’invasion allemande. Il s’agit d’une campagne de promotion concernant une assurance pour l’indemnisation des dommages dus à la guerre. Elle était même visible des trains qui passaient dans la gare, en contrebas. À l’époque, cette publicité s’était même invitée dans les cinémas mais vu l’ampleur des bombardements, la société a rapidement cessé ses activités.

Au fil des transformations urbanistiques que connaît la capitale, certaines fresques se couvrent et se découvrent. En 2016, c’est une ancienne publicité Coca-Cola, située au boulevard de Nieuport à Bruxelles, qui a été révélée suite à la destruction d’un entrepôt commercial.