Bruxelles Forfait et un point de pénalité pour les Barbãrs qui paient les erreurs de lenteur de leur président pour affilier officiellement les étrangères

Le déplacement à Ostende de samedi pour entamer le championnat en Ligue A aurait pu lancer de la meilleure des manières la première saison de David Ittelet à la tête des Barbãrs en Ligue A. Mais cette première a été reportée, les Ixelloises ont en effet déclaré forfait vendredi et ne se sont alors pas rendues à la Côte belge.

Déjà en sous-effectif après que des erreurs d’affiliations ont été commises pour deux nouvelles joueuses finalement parties à Anvers en suivant le règlement, les Bruxelloises n’étaient que six à pouvoir se présenter sur la feuille de match ce week-end. La raison ? Les quatre étrangères n’étant pas encore en ordre d’affiliation… des semaines après leur arrivée et après avoir fait toute la préparation.

"Nous aurions pu évoluer à six à Ostende mais moi, je veux montrer une image professionnelle et je ne veux pas être ridicule. Non merci", lance David Ittelet pour qui ce début de saison ressemble à un mauvais scénario qui aurait pu être évité à l’entendre.

Si ces transferts internationaux n’étaient pas encore en règle fin de semaine dernière, c’est en raison de l’absence de versement aux fédérations d’origine de ces joueuses mais cette situation était pourtant connue à la Rue Volta. La direction ne l’a pas découvert par hasard vendredi. "On le savait depuis plusieurs semaines et on l’a rappelé au président plusieurs fois. On a tenté de faire jouer les preuves de paiement pour nous autoriser à les aligner mais rien n’y fit."

Le président pointé du doigt

Déjà pointé du doigt pour sa gestion par Audry Frankart, l’ancien entraîneur parti à Gand qui n’avait pas hésité à nous confier voir le club "aller droit dans le mur et déjà cette saison", le président Stéphan Delhaye, qui a succédé au duo Vanescote-Hermans, est donc fautif sur cette lenteur administrative. S’il a effectué le paiement depuis, le mal semble fait.

"Il pensait qu’on reprenait plus tard et qu’il était encore dans les temps. Nous n’avons pas le même agenda", souligne ironiquement Ittelet qui, au moment de notre appel, attendait avec impatience la réunion de ce lundi soir avec le comité les joueuses pour évoquer l’avenir. Le Président aurait dû être là mais il ne s’est pas présenté, ce qui a fait grincer quelques dents. "Une chose est certaine : je suis déçu et surtout très en colère", conclut le coach.