Bruxelles Le café tenu par Ann Riley va fermer ses portes le 26 janvier suite à un conflit avec le propriétaire, à son plus grand désarroi.

C’est une véritable institution qui va fermer ses portes le 26 janvier prochain dans la paisible commune de Woluwe-Saint-Lambert. En effet, le bistrot La Lune, situé au numéro 17 de la rue de la Roche fatale, s’apprête à mettre la clé sous le paillasson suite à un conflit avec le propriétaire, au grand dam de Ann Riley, l’actuelle patronne.

"Je suis à la tête de ce bistrot depuis maintenant 16 ans et ce café existe depuis 94 ans ! Mais comme j’ai 60 ans, j’ai décidé à la fin du mois de septembre 2017 de remettre mon bistrot. J’ai trouvé une repreneuse enthousiaste donc j’étais ravie que ce commerce puisse continuer à exister, mais le propriétaire en a décidé autrement", explique-t-elle.

Et de fait, il y a trois ans, Ann a quitté son mari après 27 ans de mariage. Le propriétaire, qui a racheté l’immeuble à AB Inbev en 2007, lui a donc fait signer un nouveau bail de neuf ans. Seul bémol : la maison est insalubre et si le rez-de-chaussée est certes exploitable, ce ne pas le cas aux étages avec un plafond qui est tombé, des fissures au mur et dans les toilettes et d’autres soucis qui empêchent d’habiter le lieu de manière durable.

Résultat : le propriétaire a accepté qu’un nouveau locataire reprenne le bistrot, mais à condition qu’il réalise les travaux de rénovation et d’entretien à ses propres frais. La repreneuse a refusé et le bistrot est donc condamné à fermer.

Ann doit désormais prochainement quitter les lieux et, qui plus est, en perdant sa garantie locative qui s’élève à 4.200 €. "Je paie 1.510 € par mois pour 30 mètres carrés et je trouve que le comportement du propriétaire est malhonnête, d’autant que je me suis occupée de la décoration intérieure et de rénovations sur fonds propres. Or c’est à lui qu’incombe de rénover la maison, pas au locataire ! Il sait depuis longtemps que la maison est en piteux état mais il n’a jamais rien fait", déplore Ann.

Depuis des décennies, ce café fait le bonheur des nombreux clients fidèles. "Ce bistrot ouvre dès 7h30 et est très fréquenté par les pompiers, les indépendants et d’autres clients qui ont toujours été fidèles. Je suis très attristée par cette situation et eux aussi car c’était un bistrot convivial, apprécié de tous", conclut Ann.