Bruxelles Un câble de 150.000 volts est en cours d’installation à proximité d’habitations, au grand dam des habitants furieux.

"Nous nous sentons bafoués, méprisés. Ces travaux ont repris en toute discrétion et auront à terme un impact négatif sur la santé des riverains." Isabel, habitante de l’avenue de Woluwe-Saint-Lambert, ne décolère pas. D’importants travaux sont actuellement en cours dans cette artère proche du rond-point Montgomery, et consistent en un placement par Elia - le gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension - d’un câble de 150.000 volts, nécessaire pour répondre aux besoins électriques de la Région.

Des travaux qui avaient dans un premier temps été arrêtés en décembre dernier, sur ordre de la commune et à la suite de protestations des riverains. Selon eux, le câble n’était pas placé à distance réglementaire des habitations, soit six mètres, et le rayonnement électromagnétique aurait dès lors impacté la santé des riverains.

Et de fait, des études font état de risques de maladies comme la leucémie ou des troubles du système nerveux central. Ils ont ainsi demandé de penser à un tracé alternatif qui passerait par des axes plus importants, comme l’avenue de Brocqueville, afin de ne pas impacter la santé des riverains.

Mais le 24 juillet dernier, au grand étonnement des riverains, un avis toutes-boîtes a été distribué pour informer de la reprise des travaux à partir du… 1e août, pour se terminer fin septembre. Raison de cette reprise des travaux : un protocole d’accord a été signé entre Elia et la Région bruxelloise. Ce protocole, que La DH s’est procuré, "fixe l’ensemble des bonnes pratiques qui seront mises en œuvre lors de la pose de câbles de 150.000 volts en Région bruxelloise, compte tenu de l’absence d’une telle réglementation dans la capitale."

Considérant que l’ensemble des exigences préalables fixées par la commune ont été rencontrées, la reprise du chantier a donc été autorisée.

Une situation violemment dénoncée par les riverains, qui s’estiment lésés. "Vous attendez le creux des vacances d’été pour annoncer la reprise des travaux. Depuis décembre, il n’y a absolument rien eu concernant ces travaux et tout d’un coup, la situation s’accélère, pile au moment où les riverains sont partis ! De plus, vous n’avez jamais répondu aux questions concernant des trajets alternatifs via des voiries bien plus larges que notre avenue, alors que des alternatives, certes plus coûteuses mais qui épargneraient la santé des riverains, existent !", affirme un habitant mécontent.

Enfin, les riverains dénoncent les mesures évoquées dans le protocole. "Ce protocole signé entre la Région et Elia permet à ce dernier de mettre encore plus en danger les riverains, puisque des distances inférieures à six mètres sont désormais possibles. Ceci est autrement dit un miroir aux alouettes qui n’aura servi qu’à endormir les riverains en attendant la période creuse de l’été", ajoute le riverain.

Récemment, nous évoquions une situation similaire dans la commune de Schaerbeek, où l’entité a finalement donné raison aux habitants des petites rues concernées par le placement d’un câble similaire. Les riverains de Woluwe-Saint-Lambert espèrent la même issue.Contactée, la porte-parole d’Elia a confirmé qu’un protocole d’accord avait effectivement été signé avec la Région et s’est réjouie de la reprise de ce chantier.

Réaction

Philippe Jaquemyns (Défi), échevin des Travaux publics: "Un contrôle indépendant"

"En l’absence de législation régionale en matière de pose de câble à haute tension, nous avons demandé, en décembre, d’arrêter les travaux. La Région a donc entamé des pourparlers avec Elia pour mettre en place un protocole d’accord, signé fin juin, et nous avons exigé que le cadre réglementaire soit contrôlé par un organisme indépendant, AIB Vincotte, afin de garantir que les riverains ne soient pas impactés par le rayonnement électromagnétique."