Bruxelles De 272 € à payer l’année passée, le montant a plus que triplé. Tout ça pour un manque de clarté dans la délimitation de la zone Jump.

Il y a un an, nous évoquions la mésaventure vécue par Yasmine, une habitante de la commune de Dilbeek en périphérie bruxelloise, qui s’est vu infliger une amende de 107 euros par la compagnie De Lijn, pour le motif que son ticket de transport n’était pas valide.

Petit rappel des faits : le 1er février 2017, cette dame est montée à l’arrêt Stelplaats, situé à côté du dépôt de bus de la chaussée de Ninove, pour se rendre à l’arrêt Windmuts qui se trouve juste après. Or, ce second arrêt se trouve en dehors de la zone Jump (qui permet de prendre le train, le tram, le bus et le métro en Région bruxelloise, quelle que soit la société à laquelle vous avez acheté le titre de transport, NdlR), et c’est à cet endroit que Yasmine a été contrôlée.

Mais Yasmine a refusé de payer, s’estimant victime d’une injustice, étant donné qu’il n’était mentionné nulle part que la zone Jump s’arrêtait après l’arrêt Stelplaats. "Mon titre de transport aurait dû être refusé puisque je suis montée au dernier arrêt de la zone qui inclut l’abonnement Jump, or cela n’a pas été le cas", explique Yasmine, qui a dès lors refusé de payer les 107 euros d’amende infligés.

Quelques jours plus tard, Yasmine a reçu une seconde amende d’un montant de 165,93 euros pour refus d’obtempérer lorsqu’on lui a demandé sa carte d’identité. Nous avions à l’époque contacté De Lijn pour recueillir une réaction, et son porte-parole avait affirmé que le système aurait dû refuser la carte car les tickets Jump ne sont plus valables dans les zones situées hors de la capitale.

Et depuis ce moment-là, c’est un véritable bras de fer avec la compagnie néerlandophone qui s’en est suivi, puisque malgré cette justification, la compagnie continue de réclamer l’amende due par Yasmine. "Il y a trois semaines, j’ai reçu un nouveau courrier de la société me réclamant non plus 272,93 euros, mais bien 899,16 euros !", ajoute Yasmine.

Et de fait, le courrier des huissiers de justice précise "qu’à défaut de paiement du solde, la procédure judiciaire reprendra son cours. Cela engagera des frais et des problèmes supplémentaires", explique la missive que nous nous sommes procurée. Ce montant astronomique, Yasmine le conteste. "Il est totalement inconcevable que je m’acquitte de ce montant, tout ça à cause du manque de clarté dans la délimitation des zones. L’amende a, en un an de temps, augmenté à cause des intérêts et des rappels que j’ai reçus, mais également parce que j’ai soi-disant fait perdre du temps au contrôleur et aux policiers qui se sont rendus sur place", s’insurge Yasmine, qui compte se saisir d’un avocat pour continuer à contester ce montant.

Nous avons tenté de contacter la compagnie De Lijn pour recueillir une réaction, en vain.