Bruxelles

Il ne menace que les intérêts particuliers de certains cumulards, d'après elle.

La menace d'activer une procédure en conflit d'intérêts après le vote au parlement bruxellois de la proposition d'interdiction du cumul des fonctions de député avec celles de bourgmestre, échevin ou président de CPAS n'est pas fondée. Elle ne menace que des intérêts particuliers de certains et non les intérêts de l'ensemble des néerlandophones, a affirmé jeudi la cheffe du groupe Ecolo au parlement bruxellois Zoé Genot. Le chef du groupe N-VA Johan Van den Driessche a indiqué mercredi que le parlement flamand pourrait initier une procédure en conflit d'intérêts contre cette proposition, ce qui aura pour effet d'en geler le vote ultime, pour plusieurs semaines.

"Les opposants au décumul au parlement bruxellois MR-NVA-VLD-CDV-VB sont manifestement prêts à utiliser toutes les ficelles procédurales possibles pour retarder une mesure qui vise à ce que les bourgmestres, échevins et parlementaires se consacrent à plein-temps à leur unique mandat", a déploré jeudi la cheffe du groupe Ecolo au parlement régional.

Pour Zoé Genot, les intérêts des néerlandophones de Bruxelles ne sont pourtant nullement mis en péril. Avec le décumul, les néerlandophones de Bruxelles, tout comme les francophones, bénéficieront de représentants à plein temps dans les parlements et dans les communes et davantage disponibles pour la population. Cela aura aussi pour effet de réduire les conflit d'intérêts et la concentration de pouvoir.

"L'opposition au décumul vise en réalité à préserver les intérêts particuliers, les privilèges, de quelques députés néerlandophones qui cumulent mandats et salaires. Et cette mesure inquiète probablement de nombreux mandataires 'cumulards' de ces partis qui souhaitent éviter que ce débat ne s'invite aussi prochainement au parlement flamand ou fédéral", a ajouté la cheffe de file écologiste bruxelloise.

A ses yeux, les manœuvres des conservateurs ne feront que retarder l'adoption et l'application du décumul intégral. Ceux-ci espèrent reporter l'application de la mesure à 2024 et cumuler 5 ans de plus.

"Les petits jeux ont assez duré. Cette mesure inéluctable est déjà en vigueur dans nombre de régions comparables à Bruxelles dans d'autres pays d'Europe. Une large majorité des députés bruxellois, comme la majorité de la population, souhaite faire de Bruxelles une région pionnière sur le plan de la bonne gouvernance. Cela passe par le décumul, largement soutenu qui doit donc entrer en vigueur au plus tôt. C'est la démocratie", a conclu Zoé Genot.