Bruxelles

Une action menée par la zone depuis janvier a donné lieu à 19 procès verbaux, dont 17 pour stationnement gênant, un pour véhicule dépanné, et un pour non-respect du feu de signalisation.

En janvier 2018, la police locale de Bruxelles Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Evere) a démarré le projet « Y a pas que le 1er qui compte ». Ce projet a été lancé dans le prolongement de l’action « un policier devant chaque école », organisée chaque 1er septembre et qui consiste à mettre deux policiers devant les écoles de la zone afin de garantir la sécurité routière aux abords des écoles et de sensibiliser les parents aux dangers de la route.

L’objectif est de sensibiliser les parents, élèves et autres riverains présents devant les établissements scolaires aux dangers de la circulation. Au même titre que lors de l’action le 1er septembre, un folder est remis aux parents ou riverains circulant près des écoles.

La volonté de la zone, à travers cette action, est d’accentuer la prévention en termes de circulation. Cependant, à côté du travail de prévention, l’action comporte également un axe répressif. En effet, lors d’une seconde action organisée devant la même école, les policiers peuvent être amenés établir des procès-verbaux lorsqu’ils constatent une infraction routière.

Depuis janvier 2018, environ 40 opérations ont été menées. Un total de 22 écoles ont été visitées dont 9 ont été revisitées et certaines à plusieurs reprises. Les problématiques les plus récurrentes ? Le non respect de la zone kiss & ride quand il y en a une, le non-respect de la limitation de vitesse et le stationnement en double file.

Au niveau répressif, 19 procès verbaux ont été dressés dont 17 pour stationnement gênant, un pour véhicule dépanné, et un pour non-respect du feu de signalisation.