Centre

Le chantier surréaliste aura fait grincer des dents jusqu'au bout

Elle en aura fait couler de l'encre, cette rue d'Écaussinnes. Elle a même gardé quelques gouttes pour la fin. Les travaux avaient commencé en septembre 2015. Il y a près de trois ans donc. Ils arrivent à leur fin, pour le plus grand soulagement des riverains. Croyait-on…

Mais les Brainois sont tombés à la renverse en découvrant l'état des finitions, y compris le bourgmestre Maxime Daye. "La firme est en train de terminer les travaux", explique le mayeur. "L'idée était de pouvoir rendre la rue praticable pour les riverains avant les congés du bâtiment, le chantier devant prendre fin au mois d'août. Mais le travail a été bâclé, avec toute une série de finitions scandaleuses. Il y a des soupiraux scellés dans le tarmac, des différences de niveau aux trottoirs ou encore des bordures cassées. Et en prime, un engin de chantier qui a pris l'auvent de la boulangerie, ce qui donne une image impressionnante."

Même pour tenter d'arranger les choses, le bourgmestre n'est pas au bout de ses peines. "C'est le SPW qui est maître d'ouvrage et qui peut donner les injonctions à l'entrepreneur", rappelle Maxime Daye. "Nous avons immédiatement contacté l'agent du SPW qui suit ce dossier. Cet agent est en vacances. Soit. Mais dans la réponse automatique que nous avons reçue, il indique qu'il n'est pas remplacé et que nos mails ne seront pas lus avant la fin du mois de juillet. Nous avons donc pris contact avec le cabinet du ministre Di Antonio. Un de ses collaborateurs m'a dit qu'il ferait les démarches nécessaires pour débloquer la situation."

Le bourgmestre de Braine se retrouve pris entre le marteau et l'enclume. "Au niveau de la Ville, tout ce que nous pouvons faire, c'est refuser de réceptionner le chantier quand ce sera fini. Mais j'espère bien que le tir sera rectifié d'ici là. En attendant, j'essaie de me mettre au-dessus de la mêlée et de temporiser auprès des riverains. Mais ce n'est pas évident, ils sont excédés. La route sera tout de même praticable pour eux durant les congés du bâtiment, malgré les défauts de finition."

Pour rappel, la rue d'Écaussinnes nécessitait depuis longtemps des travaux de rénovation. L'ancien bourgmestre Jean-Jacques Flahaux avait même menacé de la fermer pour des raisons de sécurité. En septembre 2015, les travaux débutaient enfin. Mais ils avaient fait apparaitre de sérieux problèmes d'égouttage. Il aura fallu surmonter bon nombre de péripéties administratives pour qu'en février 2017, une convention tripartite entre la Ville de Braine, le SPW et la SPGE permette de lancer les travaux d'égouttage nécessaires. Petite frayeur encore en septembre dernier, quand de l'amiante était découvert sur le chantier. Mais sans incidence sur le déroulement des travaux. À présent, le bout du tunnel se profile, mais la rue d'Écaussinnes réserve peut-être encore quelques surprises.

© D.R.

© D.R.