Centre

Les cousins Leroy ont produit une eau-de-vie à partir de vieilles bouteilles de vin

On ne présente plus le Ruffus. Mais le vignoble des Agaises a plus d'une bouteille à son arc et présente un tout nouveau produit, l'Art Maniac. Le jeu de mots est de mise pour dénommer cette eau-de-vie dont l'appellation est strictement réservée à quelques départements français. Mais comme le Ruffus n'a rien à envier à certains champagnes, ce nouvel alcool fort bien de chez nous ne fait pas pâle figure aux côtés de vrais armagnacs. Loin de tordre les boyaux, il exalte le palais de notes subtiles. De quoi conquérir des adeptes, au-delà des seuls amateurs du genre.

Et c'est par hasard que cet Art Maniac a vu le jour. Les cousins Leroy, dernière génération en piste d'une famille bien implantée dans le négoce de vin, ont découvert de vieilles bouteilles qui traînaient dans les caves de leur dépôt Leroy-Prévot à Binche. "Nous avions du Bourgogne des années 80 en grande quantité, mais qui n'était plus bon à consommer", explique John Leroy. "Ça nous faisait mal au cœur de le jeter. Nous avons donc eu l'idée de le récupérer en le distillant."

Naturellement, les cousins se tournent vers la distillerie de Biercée qui produit déjà le ratafia du Ruffus. "Nous avons passé quelques jours à ouvrir en famille 6.000 bouteilles de vin", se souvient John Leroy. "Nous avons remis le tout à la distillerie de Biercée qui nous a sorti un bel alcool bien blanc à 60°. Il fallait ensuite trouver de grandes barriques pour le faire vieillir. Grâce à des contacts en Bourgogne, nous avons pu obtenir quatre barriques de grand cru. Chaque année, nous goûtions le produit pour voir ce que ça allait devenir. En 2017, nous sommes enfin arrivés à quelque chose d'excellent, très gouleyant, avec une couleur très marquée qui nous vient des barriques."

Au-delà du plaisir pris à élaborer cet "armagnac binchois", il y a tout un symbole cher au cœur des cousins Leroy. "Notre grand-père a fondé le dépôt Leroy-Prévot en 1839. À l'époque, il importait du Bourgogne qu'il mettait lui-même en bouteille", souligne Rodolphe Leroy. "La génération suivante a développé le négoce de vins en allant dénicher des pépites en France et en créant le vignoble des Agaises. Nous sommes la nouvelle génération et nous voulons assumer ce bel héritage en créant des nouveautés comme cet Art Maniac. C'est finalement toute l'histoire de notre famille qui se retrouve dans ce produit, élaboré à partir de vieilles bouteilles de vin trouvées dans le caveau fondé par notre grand-père."

Les cousins ne devraient d'ailleurs pas s'arrêter en si bon chemin et pensent déjà à d'autres nouveautés. En attendant, les 800 premières bouteilles d'Art Maniac sont disponibles au dépôt Leroy-Prévot ou au chai des Agaises les jours d'enlèvement de Ruffus, pour 50 euros. 1400 autres bouteilles devraient suivre dans les deux ans.