Centre Des parachutistes sauteront au-dessus d'Estinnes pour débuter l'opération Storm Tide.

Une centaine de Binchois et d’habitants de la région vont participer à un exercice militaire grandeur nature du 17 au 20 septembre. "Nous avions besoin de figurants pour jouer le rôle d’expatriés. Ils s’inscriront ce lundi soir au musée du masque. Leur rôle sera d’être évacué par la mission baptisée Storm Tide", explique Rémi Berghmans, porte-parole du quartier général des para-commandos.

Durant quatre jours, Binche et plus particulièrement Estinnes vont en effet devenir une région agraire de Gomoubofa, un pays africain en crise où travaillent des expatriés belges que l'armée va devoir exfiltrer. 600 soldats, 5 hélicoptères NH-90, 4 avions C-130, des parachutistes et 40 véhicules divers vont ainsi débarquer dans la région.

L’exercice débutera dans la matinée du lundi 17 septembre par un débarquement spectaculaire des forces armées sur la plage de Coxyde. Les soldats prendront alors la direction de l’aéroport qui servira de base de départ pour les deux bataillons : celui des commandos et celui des parachutistes.

© DR

Une fois embarqué à bord des avions, les soldats seront parachutés vers 17 heures au-dessus de Binche, et plus précisément à Estinnes, où débutera le rôle des figurants. « Ces expatriés seront dans une situation sécuritaire périlleuse et difficile », assure Rémi Berghmans. « Ils devront être évacués par nos forces spéciales. »

Le lendemain, les expatriés seront évacués par les forces para-commandos à bord d’hélicoptères NH-90. « Pour cette phase, nous serons épaulés par des partenaires britanniques et néerlandais. Les expatriés seront ensuite récupérés sur plusieurs zones d’atterrissage pour être ramenés vers la base militaire de Beauvechain. À ce moment-là, ils embarqueront dans des avions C-130 pour aller vers Melsbroek. »

Le mercredi 19 septembre, les forces belges réaliseront une évacuation sanitaire. « Certains expatriés ont été gravement blessés lors de combats entre les belligérants. Ils ont été sécurisés, stabilisés médicalement par les para-commandos mais devront être évacués à bord d’un hélicoptère A-109. »

© DR

Une grande démonstration de libération d’otage est prévue le jeudi après-midi au collège de Bonne-Espérance (Estinnes). « L’opération se fera en présence des différentes autorités politiques communales, provinciales, régionales et militaires », poursuit Rémi Berghmans.

Les curieux et le public ne sont par contre pas conviés à l’événement. « Comme ça se passe en milieu civil, il est préférable qu’il n’y ait pas de spectateurs, hormis les riverains évidemment. La police ne peut pas non plus tout gérer en cas de forte affluence. »