Centre Face à la polémique, Bouglione réagit sur la présence d’animaux dans son cirque

Le cirque d’Alexandre Bouglione s’est installé à Braine-le-Comte. Si les troupes ont obtenu l’aval du collège communal, Ludivine Papleux était personnellement opposée à cette venue. L’échevine du Bien-être animal estime en effet qu’amuser la galerie n’est pas le rôle des animaux. Injoignable hier, Alexandre Bouglione souhaite aujourd’hui réagir à la polémique.

"Nous respectons toutes les normes en vigueur", introduit le directeur du cirque. "Je sais que les élections approchent, mais nous ne pouvons pas jouer les punching-balls toute notre vie. Il faut remettre les choses en place."

Pour Bouglione, ces choses vont justement trop loin. "La Belgique a été un des premiers pays européens à interdire les animaux sauvages dans les cirques. Et la loi est bien faite, il faut le dire", poursuit Alexandre Bouglione. "Mais si on veut aussi nous retirer les animaux domestiques, ça devient dramatique ! Bientôt, on ne pourra plus manger de viande, bref, on ne pourra plus rien faire !"

Le directeur du cirque est formel, ses animaux sont bien traités. "Nous habitons à côté d’eux, nous sommes avec eux tout le temps. Ça devient même vexant ces accusations. Pourquoi n’aurions-nous pas le droit d’avoir des animaux domestiques alors que d’autres ont des lamas dans leur jardin ? Et pourquoi s’attaquer au cirque de la sorte ? Si on veut aller jusqu’au bout de cette logique, il faut aussi fermer les manèges et arrêter les courses hippiques. Je trouve ça injuste."

Preuve que le bien-être animal est une préoccupation du cirque, Alexandre Bouglione a adapté son programme à la suite d’un heureux événement. "Nous avons annulé le numéro des chameaux pour les laisser tranquilles, car il y a eu la naissance de deux petits", souligne Alexandre Bouglione.

Rappelons que Ludivine Papleux n’avait pas remis en cause les soins apportés aux animaux par l’équipe d’Alexandre Bouglione. C’est d’ailleurs le seul cirque autorisé à Braine. Mais l’échevine est simplement opposée aux numéros avec animaux. Si la position compte ses partisans, le cirque attire encore les foules.