Centre

Travaillée en groupe, la motion a été adoptée par tous les conseillers communaux

Le réseau des communes hospitalières s'étoffe avec l'arrivée de Braine-le-Comte. La motion permettant d'intégrer la Cité de Baudouin IV a été votée lundi soir à l'unanimité.

L'idée avait été proposée à la faveur d'une interpellation citoyenne au mois mars. Des Brainois, préoccupés par l'accueil des migrants, avaient sollicité les élus pour rendre leur commune hospitalière. Ce réseau a été lancé par le CNCD. Il compte aujourd'hui une cinquantaine de communes, dont Écaussinnes et La Louvière. Une centaine d'autres actions sont en cours. Mais il n'y a pas un texte type à adopter pour rejoindre le réseau. À Braine, en mars, les conseillers avaient donc décidé de mettre sur pied un groupe de travail pour accoucher d'un texte.

C'est l'échevin Olivier Fievez qui était chargé de piloter la manœuvre. Il est satisfait du résultat. "Ça s'est très bien passé", souligne l'élu. "Notre groupe réunissait des citoyens à l'origine de la démarche, des représentants des partis politiques, des membres du CIRE ainsi que la présidente de la commission Égalité des chances. Nous avons rappelé tout ce que la commune faisait pour l'accueil des réfugiés, notamment à travers le PCS et le CPAS. On peut estimer qu'il y a un manque de communication, car on s'est assez vite rendu compte que nous répondions déjà aux critères pour devenir une commune hospitalière."

Concrètement, une commune hospitalière doit relever trois engagements. Tout d’abord, sensibiliser la population sur les migrations et l’accueil de l’autre. Ensuite, améliorer l’accueil et le séjour des migrants dans le respect des droits humains. Enfin, montrer sa solidarité envers les communes européennes et les pays confrontés à un accueil de nombreux migrants.

Le groupe de travail brainois y a même ajouté sa petite touche, en décidant de mettre en place une évaluation annuelle des actions menées. "Ce projet, ce n'est pas juste des paillettes", insiste Olivier Fievez. "Je suis heureux de la manière dont il a abouti. Ca traduit concrètement comment j'envisage la politique, à savoir des gens qui se retroussent les manches pour faire avancer un projet très humanisant, loin du show politique."

La motion devait initialement être présentée au conseil communal de juin. Mais une première réunion aura suffi. "Les citoyens ont pu discuter du texte entre eux. Il y a eu un peu de toilettage, mais aucun changement sur le fond. Comme nous étions prêts, nous avons décidé de passer la motion au conseil de mai." C'est donc l'unanimité et sous les applaudissements que le texte a été voté lundi, faisant officiellement de Braine-le-Comte une commune hospitalière.