Centre

Une conséquence de la maladie de Newcastle qui affecte les volailles

C'est désormais une tradition à Braine. La Ville distribue chaque année une centaine de poules de réforme, soit des poules issues de l'élevage industriel et destinées à l'abattoir. Des poules en bonne santé, pondeuses et bio, mais dont les éleveurs doivent liquider un pourcentage. Par cette opération, la Ville marque un coup double en matière de traitement des déchets et de bien-être animal.

Mais la campagne de cette année a momentanément pris du plomb dans l'aile. "En raison de foyers de maladie de Newcastle, l’AFSCA interdit actuellement le rassemblement de poules sur l’ensemble du territoire", indique la Ville de Braine. "Dès lors, bien que les Échevinats de l’Environnement et du Bien-être animal souhaitaient rééditer l’opération de distribution de poules auprès des ménages brainois, ces mesures ont contraint la Ville à ne pas organiser cette distribution dans les délais initialement prévus. Dès la levée de ces mesures, une nouvelle distribution de poules de réforme à destination des ménages de Braine-le-Comte sera annoncée."

Pour rappel, la maladie de Newcastle, qui n'affecte pas l'homme, a été détectée chez des volailles de détenteurs amateurs au sein de différentes communes belges, dont Soignies. Si la vaccination est obligatoire chez les éleveurs professionnels, l'AFSCA a pris des mesures pour les particuliers en interdisant l'échange et le rassemblement de volailles concernées.